Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 26 Mars 2017

  •   Rayane Djerdi
  • mercredi 18 décembre 2013 16:07

Algérie- les exportations d’hydrocarbures ont reculé de 14,31 % au 1er semestre 2013, selon la BA

 

Le Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci, a présenté mercredi devant les députés de l’Assemblée nationale, le rapport de son institution sur les tendances monétaires et financières de l’Algérie au 1er semestre de 2013.

Il ressort d’emblée du rapport de la BA exposé devant les parlementaires que les exportations d’hydrocarbures se sont contractées de 14,31 % au premier semestre 2013 par rapport à la même période de l’année 2012, reculant de 37,50 milliards de dollars à 32,14 milliards de dollars. « Cela a affecté négativement la balance commerciale, surtout au second trimestre, pendant que les importations de biens poursuivaient leur trend haussier en contexte de faiblesse structurelle des exportations hors hydrocarbures (0,682 milliard de dollars au premier semestre 2013 contre 0,473 milliard de dollars au premier semestre 2012) », note le rapport de la BA.

Selon Laksaci, les importations de biens ont progressé de 20,04 % au premier semestre 2013 par rapport au même semestre de l’année précédente, passant de 23,641 milliards de dollars à 28,379 milliards de dollars, essentiellement au titre de la poursuite de l’expansion des importations des biens de consommation non alimentaires (8,7 %) et de la progression de celles des biens alimentaires (16,2 %). « Les importations de biens d’équipement industriels, quant à elles, se sont accrues à un rythme élevé (25 %), contrairement à leur contraction en 2012. Une analyse plus fine de la structure des importations révèle une croissance significative des importations des produits pétroliers au premier semestre 2013 (90,2 %) relativement au même semestre de l’année passée », a ajouté la Banque d’Algérie dans son rapport. Cela confirme la tendance haussière en la matière de ces deux dernières années, corrélativement aux importations de véhicules (touristiques, utilitaires et autres). 

Quant aux importations de services hors revenus des facteurs, elles se sont stabilisées au premier semestre 2013 comparativement à la même période de l’année passée, essentiellement sous l’effet de l’augmentation de celles au titre des transports maritimes, des services assurances, des services techniques et autres services, contrebalancée par la forte contraction (-39,8 %) des importations des services au titre du « bâtiment et travaux publics ». En rythme trimestriel en 2013, les importations de services se sont stabilisées à 2,9 milliards de dollars, pendant que les exportations de services ont légèrement augmenté au second trimestre. Cette tendance favorable a contribué à la stabilisation du déficit du poste services hors revenus des facteurs à 3,7 milliards de dollars au premier semestre 2013. 

Gestion prudente des réserves de change

La Banque d’Algérie a poursuivi au premier semestre 2013 la gestion prudente des réserves officielles de change en mettant de plus en plus en avant le suivi rigoureux et la gestion des risques, au moyen notamment de mesures de prudence appropriées pour préserver le capital des investissements de toute perte, tout en atteignant un niveau de rendement acceptable compte tenu de la persistance de l’environnement de faibles taux d’intérêt mondiaux, selon M. Laksaci.  « A fin juin 2013, les emprunts publics à 10 ans aux Etats-Unis affichaient un rendement de 2,5 % contre 1,71 % pour les titres publics allemands de même maturité. Pour mémoire, les investissements effectués par la Banque d’Algérie dans les titres souverains des pays de la zone euro portent sur les titres les moins risqués, pendant que les dépôts sont orientés plus vers les banques centrales pour endiguer tout risque de contrepartie », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le rapport de la BA relève que la valeur de la monnaie nationale a enregistré une hausse de 7% à la fin du 1er semestre de l'année 2013 malgré le déficit dans la balance des paiements pour la même période. « Les taux de change au niveau du marché interbancaire restent toutefois, sous l'impact des fluctuations des marchés de change notamment l'euro contre le dollar », a indiqué M. Laksaci. D'autre part, le compte courant de la balance des paiements extérieurs a enregistré un déficit de 1,2 milliard de dollars contre un excédent de 10 milliards de dollars pour le premier semestre 2012, ce qui représente un « choc » pour la balance des paiements extérieurs pour l'année en cours. M. Laksaci a souligné par ailleurs, l'important recul du taux d'inflation durant le premier semestre 2013 soit 6,59% comme moyenne annuelle après celui enregistré en 2012, à savoir 8,89%.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.