Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Avril 2017

  •   Nabil Zenache
  • mardi 24 décembre 2013 16:36

Algérie - Deux familles empêchent le raccordement de 5000 foyers en gaz de ville à Béjaia et Jijel

Deux familles empêchent 5000 foyers d'accéder au gaz de ville à Béjaia (DR)

La mobilisation des populations de la daïra de Souk El-Tenine, à l’est de Béjaia, n’est pas prête de faiblir. Le mouvement de protestation pour réclamer le raccordement au gaz de ville s’est poursuivi mardi, pour la troisième journée d’affilée. Les habitants dénoncent le blocage du projet d’alimentation en gaz de ville de plusieurs communes de la région Est de Béjaïa et à l’Ouest de Jijel, par une opposition de deux familles d’Aoaks au passage de la conduite de gaz sur leur terrain.

Les autorités locales, sommées d’agir pour trouver une solution à ce blocage, jugé injustifié, ont organisé, aujourd’hui, une rencontre avec les élus des communes du Sahel béjaoui et les responsables des directions concernées. La rencontre intervient 24 heures après la saisine du Premier ministre Abdelmalek Sellal, par les maires de Souk El-Tenine et Melbou (Béjaïa) et celui de Ziama-Mansouria (Jijel).
Dans leur courrier au Premier ministre, les maires ont indiqué que leur requête «est motivée par l’impératif de raccordement en gaz de ville de deux daïras, Souk El Ténine, wilaya de Béjaia, et Ziama Mansouriah dans la Wilaya de Jijel ; des communes de plus de 70 000 âmes qui sont aussi des destinations touristiques privilégiées des milliers d’Algériens ». Les resposanbles des communes concernées ajoutent que le projet en question, à l’arrêt depuis près de huit années, est entièrement réalisé, à l’exception d’un tronçon de près de 1 500 mètres linéaires au niveau d’un quartier de la commune d’Aokas, dans la wilaya de Béjaia, où deux familles ont fait opposition.
Echec des tentatives de dénouement
Les maires n’ont pas manqué de rappeler dans leur courrier qu’en dépit de «toutes les tentatives entamées par les élus locaux et les pouvoirs publics pour le dénouement de la situation», celles-ci sont demeurées vaines. La raison ? «Les propriétaires de terrains maintiennent refusent toute forme d’arrangement, d’une part, et le maitre de l’ouvrage refuse (quant à lui, Ndlr) tout changement de couloir de passage, d’autre part.»
D’où leur requête au Premier ministre pour intervenir ou d’explorer une autre solution. L’important étant de permettre à ces nombreuses communes d’être raccordées au gaz de ville d’autant qu’il s’agit de régions connues pour leurs «aléas climatiques» notamment durant la saison hivernale et pour un autre impératif : «le développement économique de ces régions.»
Le gaz arrivera coûte que coûte, promet le wali de Béjaia
Le wali de Bejaia, Ahmed Hamou Touhami, qui a réuni, ce matin, les directeurs de la direction de l’Energie et des Mines (DEM) et la Société de distribution de l’électricité et du gaz de l’Est (SDE), les représentants des populations privées de gaz, en l’occurrence les présidents des APC et les élus des communes de Souk-El-Tenine, de Melbou et d’Aokas – une partie du village de Tidelcine n’est pas encore alimentée en gaz.
Le wali a d’emblée condamné de la manière la plus énergique les agissements de ceux qui ont procédé à la fermeture des RN 9 et 43 car ils bloquent ainsi toute l’activité économique de la wilaya. Avant de promettre ensuite aux élus en leur qualité de représentants des populations indignées que «le gaz de ville arrivera coûte que coûte dans leurs foyers» et ce, dans un délai, raisonnable. Occasion pour lui d’affirmer que «l’étude pour le passage des canalisations existe ; l’argent existe ; les entreprises qui vont réaliser les travaux existent ; l’ODS est donné et ce n’est pas une, deux ou trois familles - qui seront d’ailleurs indemnisées au-delà de ce que leurs terrains méritent - qui vont empêcher les 5000 foyers de bénéficier de gaz de ville.»
Le représentant du gouvernement a promis, à ce propos, de tout mettre en œuvre – mobiliser les moyens nécessaires et légaux - pour que les entreprises chargées de la réalisation du projet puissent travailler en toute sécurité. Rendez-vous est pris à ce sujet pour lundi prochain avec les représentants des populations pour concertation à propos de l’éventualité de la réquisition de la force publique.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.