Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Avril 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • samedi 14 décembre 2013 08:29

Tunisie- Le chômage en baisse, l'intérieur du pays aussi délaissé que sous Ben Ali

chômage TunisieL’emploi une des revendications centrales des jeunes Tunisiens.

Le taux de chômage a baissé au 3e trimestre à 15,7% contre 17% au 3e trimestre 2012. Il est sensiblement moins élevé dans le Grand-Tunis et le littoral est que dans le Centre-ouest et le Nord-ouest, régions où le processus révolutionnaire actuel a été enclenché en décembre 2010 avant de s’étendre à la capitale et aux régions côtières.

 

Selon des chiffres rendus publics par l'Institut national de la statistique (INS), le taux de chômage en Tunisie a baissé au 3e trimestre à 15,7%, soit 620.000 chômeurs, contre 17% pendant la même période de l’année 2012, soit 665.000 chômeurs.

Si le nombre total de chômeurs a baissé de 45.000, le nombre de chômeurs diplômés a, augmenté, lui, par rapport au 3e trimestre de 2012 : il est passé de 217.000 à 248 000.

Le nombre des personnes employées, indiquent les données de l’INS, a atteint, au cours du 3ème trimestre de 2013, 3,3412 millions, contre 3,2429 au cours de la même période de l'année écoulée.

Le taux de chômage est plus élevé chez les femmes (22,5%) que chez les hommes (13,1%) et plus important dans les régions de l’intérieur du pays que dans la capitale et les régions maritimes. Les chômeurs constituent 23,1% de la population active dans le Sud-ouest, 23% dans le Sud-est, 22,4% dans le Centre-ouest et 19,5% dans le Nord-ouest. Le taux de chômage est sensiblement plus bas dans le Grand Tunis (15,2%), le Centre-est (11,1%) et surtout le Nord-est, région de grande activité économique et commerciale (seulement 9,7%).

Les taux élevés du chômage dans le Sud, le Centre-ouest et le Nord-ouest rappellent que le déséquilibre régional que connaissait la Tunisie de Zine El Abidine Ben Ali est toujours là. Les deux dernières régions citées, pour rappel, ont été le berceau des contestations qui se sont soldées par la fuite du dictateur déchu, en janvier 2011 après leur extension vers la capitale et les grandes villes du littoral est. Le Nord-ouest a été, à la fin du règne de Ben Ali un foyer de vive contestation ouvrière.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.