Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Avril 2017

  •   Maghreb Emergent et APS
  • mercredi 11 décembre 2013 09:46

Le poids de l’informel sur les PME freine l’essor du métier d’expert-comptable en Algérie

Les experts-comptables veulent participer à l'amélioration des performances des PME algériennes (DR)

Malgré la détermination des experts-comptables à vouloir accompagner l'investissement en Algérie et sensibiliser les PME sur les bénéfices qu'elles peuvent tirer en recourant à leurs conseils, le poids de l’informel et la « peur » de la transparence sont autant de freins aux ambitions de la corporation.

 

"Il faut absolument que les entreprises aient connaissance du rôle que peut jouer l'expert comptable, de par son professionnalisme et sa crédibilité, pour les accompagner à réussir au mieux leurs projets d'investissement et de partenariat", a déclaré Akli Toudert, le président de l'Ordre national des experts comptables, à l'APS, au terme des travaux du 2e congrès de la corporation tenu mardi à Alger sous le thème de «L'expert comptable au cœur de l'investissement et du partenariat ». Contrairement au commissaire aux comptes, dont le rôle se limite à certifier les états financiers de l'entreprise, sans pour autant la conseiller sur les moyens d'améliorer ses résultats, l'expert comptable est appelé à assister l'entreprise dans ses choix de financements qui lui garantissent une meilleure création de richesses et d'emplois, selon M. Toudert. Cependant, la majorité des PME en Algérie se contente de l'aval financier du commissaire aux comptes, par qui elles sont obligées de passer conformément à la loi, et ne voient pas l'utilité de faire appel à un expert comptable pour se faire accompagner dans leur processus d'investissement, ont constaté quelques intervenants.
Le poids du marché informel freine la transparence des comptes
Certains congressistes ont par ailleurs pointé du doigt l'ampleur du marché informel en Algérie qui pousse les entreprises privées, selon eux, à "bouder" le recours aux experts-comptables par crainte d'être plus transparentes vis-à vis du fisc. Mais "Il ne faut pas attendre que les entreprises ou les banques viennent vers nous, il faut que nous allions vers ces acteurs et essayer de les convaincre de la plus-value que peut leur apporter un expert-comptable", a renchéri un autre professionnel. Le représentant du Fonds National d'Investissement (FNI) a pour sa part annoncé l'intention du fonds de recourir à un expert comptable pour l'accompagnera dans toutes ses démarches.
Bientôt un Institut des experts-comptables
Interrogé sur les projets de réforme touchant à cette profession, M. Toudert a évoqué la naissance prochaine du "tableau de l'ordre des experts-comptables, de la Chambre des commissaires aux comptes et de l'Organisation du comptable agréé" qui fournira toutes les données chiffrées en la matière. Il a aussi avancé la publication prochaine du manuel de la comptabilité financière ainsi que des normes d'audit algériennes. S'agissant du projet de l'Institut de formation des commissaires aux comptes et experts-comptables, qui dépendra du ministère des Finances, il a avancé que l'Institut devrait être opérationnel "incessamment". Le ministère des Finances s'est réapproprié, à travers l'abrogation de cette loi, plusieurs prérogatives de puissance publique notamment en matière d'octroi d'agréments et de contrôle de la qualité des travaux comptables, qu'il avait auparavant cédées à l'ancien Ordre des comptables, une institution à laquelle le ministère reprochait de nombreuses faiblesses. Quelque 250 experts-comptables et 1.900 commissaires aux comptes activent actuellement en Algérie, selon M. Toudert.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.