Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Avril 2017

  •   Yazid Ferhat
  • lundi 16 décembre 2013 14:53

Algérie - Baisse de l'IBS contre hausse du salaire des primo-demandeurs d'emplois, propose Benmeradi

Le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, Mohamed Benmeradi a reconnu devant les députés, la difficulté à remédier à la précarité induite par le Dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP). Il propose une nouvelle exonération de l’Impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS) pour relever les salaires des jeunes primo-demandeurs d’emploi, qui n’excèdent pas les 15.000 DA par mois.

 

Selon Benmeradi, l’Algérie a créé 1,4 millions d’emplois depuis 2010 dans le cadre de ce dispositif. S’exprimant lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN), le ministre a précisé toutefois que «seulement» 10 % des employés de ce dispositif ont bénéficié d’un CDI. « C’est la situation économique du pays qui a déterminé ce taux », a justifié le ministre. Et d’ajouter : « le phénomène (chômage) doit être traité dans sa dimension économique et non pas le gérer administrativement ».
Le DAIP mis en place par le gouvernement vise la création d’emploi, par la mise à la disposition des entreprises publiques et privées et des institutions et administrations publiques, des jeunes primo-demandeurs d’emploi totalement pris en charge financièrement par l’Etat.
Dans le cadre de ce dispositif les diplômés de l’enseignement supérieur qui bénéficient des contrats d’insertion des diplômés (CID), perçoivent une rémunération mensuelle nette de 15.000 DA et 10.000 DA pour les DEUA et les Techniciens Supérieurs. Les bénéficiaires des contrats d’insertion professionnelle (CIP) perçoivent, eux, une rémunération mensuelle de 8 000 DA et 6.000 DA pour les jeunes insérés en contrats formation-insertion (CFI).
Mesures pour relever les salaires
Le ministre du Travail a annoncé des mesures incitatives à l’endroit des entreprises pour le relèvement des salaires des jeunes primo-demandeur dans le cadre du DAIP, tout en assurant que les années travaillées sous ce dispositif seront comptabilisées dans la retraite. Selon lui, le gouvernement va proposer prochainement une mesure visant l’exonération de l’IBS (Impôt sur les bénéfices des sociétés) pour les entreprises qui vont accepter d’augmenter les salaires des jeunes primo-demandeurs du DAIP. M. Benmeradi n’a pas donné plus de précisions sur ce sujet. Il faut rappeler toutefois que le SNMG (Salaire national minimum garanti), est actuellement de 18 000 DA.

Le ministre a noté que le DAIP coûte à l’Etat 115 milliards de DA par an. Les entreprises bénéficient par ailleurs de nombreuses exonérations fiscales. En 2012, l’Etat a consacré pas moins de 942 milliards de DA en exonérations fiscales et 66 milliards pour l’accès au foncier.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.