Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Avril 2017

  •   Younes Djama
  • dimanche 22 décembre 2013 15:00

Ferroukhi annonce un nouveau programme pour doubler la production algérienne de poisson en 2020

 Sid Ahmed Ferroukhi veut s'appuyer sur l'aquaculture pour doubler la production de poisson d'ici 2020 (Ph. M Touati)

Les premières évaluations des capacités nationales de production de poisson issu de l’aquaculture font état d’un potentiel de 70.000 tonnes, selon le ministère de la Pêche et des ressources halieutiques. Des capacités qui viendront doubler la production nationale de la pêche, actuellement de l’ordre de 110.000 tonnes en moyenne.

 

Le développement de l'aquaculture a connu un véritable essor en Algérie, estime Fadhila Ceridi, sous directrice au Ministère de la Pêche et des ressources halieutiques, à l’occasion d’un séminaire sur le développement de l’investissement en Algérie dans le domaine de l’Aquaculture, organisé dimanche en collaboration entre le Forum des chefs d’entreprises (FCE). « Les efforts déployés par le secteur, ces dernières années, font que l'aquaculture commence à se hisser au rang des activités économiques dynamiques et progresse de la phase expérimentale vers l'étape de production et de participation au développement socio-économique du pays », a-t-elle souligné.

Des capacités aquacoles de 70.000 tonnes

Un audit de l’aquaculture, réalisé avec le concours d’experts, par le ministère, a conclu de l’importance du potentiel national. Les premières évaluations font état de capacités de production de 70.000 tonnes toutes activités confondues, avec la perspective de doubler la production nationale de la pêche actuellement de l’ordre de 110.000 tonnes en moyenne, selon le ministre de la Pêche Sid Ahmed Ferroukhi. Il précise toutefois que la question n’est pas seulement de pêcher du poisson, mais aussi de savoir le commercialiser et le distribuer, tout en ayant les capacités de maintenance des équipements. « Si on veut réussir l’aquaculture, il faut réussir toutes ces interconnexions, et favoriser les partenariats entre les différents intervenants. C’est ce qui permettra d’avoir des performances économiques », a indiqué M. Ferroukhi, qui annonce, à cette occasion, le lancement d’un programme quinquennal dédié à l’aquaculture.

10. 000 emplois en 2020

Le département de la Pêche avait déjà mis en œuvre un programme de développement de l’aquaculture, à l’horizon 2020. La 1ère phase du programme (2013-2014) est dédiée à la rentabilisation des investissements déjà consentis en leur permettant d’utiliser toutes les capacités de production, mais aussi d’encourager la réalisation de projets de production (petite et moyenne dimensions) en orientant les investissements vers des activités de production à haute valeur marchande ayant donné déjà des résultats lors des phases précédentes. Au cours de cette première phase du programme, la priorité sera accordée aux filières de pisciculture marine en offshore et conchyliculture. Ainsi pour cette première phase, des concessions sont déjà octroyées à des investisseurs et cinq (05) zones d’activités aquacoles (ZAA) déjà affectées par les wilayas, sur les treize (13) prévues au titre du programme, serviront d’assiettes de terrains pour recevoir les projets de pisciculture marine et de conchyliculture. La 2è phase du programme s’étend de 2015 à 2020. Cette stratégie prévoit la création de 10.000 postes d’emplois et une production de plus de 78. 000 tonnes réparties entre autres filières, la pisciculture marine, la Conchyliculture, la creveculture marine, etc.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.