Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Abdelkader Zahar
  • mercredi 2 octobre 2013 03:30

Haut débit : l’absence de la 3G pénalise l’Algérie dans les classements mondiaux

Haut Débit UIT UNESCOEn Algérie, l’ADSL n’aura pas à craindre la concurrence du haut débit mobile.

 

A fin 2013, le nombre d'abonnements au haut débit mobile sera plus de trois fois supérieur à celui du fixe, selon le dernier rapport de la Commission sur le haut débit. Si la Tunisie, le Maroc, la Libye, peuvent espérer atteindre ce niveau, l’Algérie ne sera pas prête avant plusieurs années. Lecture.

 

Rendu public le 21 septembre, l'édition 2013 du Rapport sur la situation du haut débit dans le monde, publié par The Broadband Commission for Digital Development, une institution créée par l’Union internationale des télécommunications et l’UNESCO, renforce le constat du retard inquiétant de l’Algérie dans le domaine des services Internet. Classée 136e mondialement (sur 192 pays), et 89e parmi les pays en développement, en terme de pourcentage des personnes utilisant l’Internet (en 2012), elle réalise 15,2%. Parmi les pays Maghreb et d’Afrique du Nord, elle ne dépasse que la Mauritanie. C’est le Maroc qui occupe la tête du peloton maghrébin et nord-africain avec 55,0%, soit une 64e place mondiale et 24e place parmi les pays en développement. En Tunisie 41,4% des personnes ont accès à Internet, ce qui correspond au 90e rang mondial et 44e parmi les pays en développement. La Libye, en 3e place maghrébine, réalise 19,9%, soit 125e mondial et 78e parmi les pays en développement. L’Egypte, où 44,1% des personnes ont accès à Internet, s’est classée à la 85e place mondiale et 40e parmi les pays en développement. Dans le même chapitre, le Nigeria et l’Afrique du Sud réalisent respectivement 32,9% (110e place mondiale) et 41% (92e place mondiale).

En l’absence de la 3G, l’accès Internet haut débit en Algérie se fait exclusivement via le fixe (ADSL). Et même sur ce chapitre, les résultats sont encore loin des standards mondiaux. En matière de taux de pénétration du haut débit fixe, c’est la Tunisie qui tient le haut du classement maghrébin avec 4,8%, et une 102e place mondiale. La 2e place au Maghreb revient à l’Algérie avec un taux de pénétration du haut débit fixe de 3,0% et une 102e place mondiale. Le Maroc arrive en 3e position maghrébine, avec un taux de 2,1% et la 112e place mondiale. C’est en Libye (125e) et en Mauritanie (146e) que le haut débit fixe accroche le moins. Sur le même registre, notons que des pays comme le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Egypte occupent également de mauvaises places. Le Nigeria, dont le taux de pénétration de l’ADSL est presque nul, occupe la 170e place mondiale. Des résultats meilleurs pour l’Egypte et l’Afrique du Sud qui occupent respectivement la 106e (2,7%) et la 111e (2,2%) place.

Le haut débit mobile fait la différence

Les pays qui font les moins bons résultats dans le haut débit fixe, se rattrapent dans le haut débit mobile (3G ou 4G). Ce qui explique le classement global relatif au pourcentage de personnes utilisant l’Internet évoqué au début. Au Maghreb, le meilleur taux de pénétration du haut débit mobile (par 100 habitants) est enregistré par la Libye (13,8) qui se classe au 82e rang mondial. Le Maroc suit avec 26,0 (par 100 habitants) et la 91e place, puis vient la Tunisie qui se classe au 103e rang avec un taux de 5,2. La Mauritanie est à la 115e place (3,2). Alors que l’absence de la 3G catapulte l’Algérie, loin derrière, à la 167e place. En Afrique du Nord, c’est l’Egypte qui a le meilleur classement (60e) avec un taux de 26,9%. A l’autre bout du continent, l’Afrique du Sud est à la 60e place mondiale avec un taux de 26%. Quant au Nigeria, il fait presque légèrement mieux que le Maroc, avec 10,2% et la 90e place.

De l’ensemble de ces données, il en résulte que le pourcentage des ménages disposants de l’Internet est plus fort dans les pays qui ont introduit très tôt le haut débit mobile. Sur les 128 pays en développement, le Maroc occupe la 32e (38,9%), l’Egypte est 36e (32,3%), l’Afrique du Sud est 44e (25,5%), et la Tunisie 5e (20,6%). "Sauvée" par le taux de pénétration du haut débit fixe, l’Algérie est 55e (avec 19,4% de ménages connectés). La Libye qui enregistre un taux de 13,7%, occupe la 63e place. Le Nigeria fait mauvaise mine avec 9,1% de ménages connectés et la 78e place parmi les 128 pays en développement. Et au bas du classement de l’échantillon des pays considérés, la Mauritanie est à la 105e place avec seulement 3,4% de ménages disposant d’une connexion Internet.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

3 Commentaires

  • "Pour FaceBook , on peut inscrire tous les membres de la famille si on veut"
    Donc j'en déduit que les algériens sont extraordinairement malhonnête et les marocains (et le reste du monde) beaucoup plus honnêtes.
    "Tous les sites de stats donnent effectivement l' Algérie derrière. C'est manifestement une raison politique."
    Il s'agit de la même source pour tous les chiffres (UIT).
    Je n'arrive pas à croire que le taux d'internautes algériens soit inférieur à des pays comme le Yemen, le Soudan ou le Nigeria (avec tous mes respects pour ces pays) qui ont des infrastructures moins développées et un moins bon système d'éducation.

    Rapporter djamel1 jeudi 3 octobre 2013 10:37
  • Tous les sites de stats donnent effectivement l' Algerie derrière. C'est manifestement une raison politique.
    Pour FaceBook , on peut inscrire tous les membres de la famille si on veut. Ça ne prouve rien sur le taux d'accès.

    Rapporter Fati jeudi 3 octobre 2013 04:24
  • Le nombre d'internautes Algériens est clairement sous-évalué. Preuve en est, le nombre d'utilisateurs de Facebook est de 5 millions, soit presque tous les internautes. Au Maroc ils sont 6 millions, mais avec un nombre d'internautes beaucoup plus grand. Deux explications:
    1-les algériens aiment beaucoup Facebook et les marocains très peu.
    2- Les chiffres sur le nombre d'internautes sont faux.
    Je pense que le gouvernement Algérien devrait essayer de produire des chiffres crédibles et faire du lobbying pour les faire accepter par les instances internationales. Il en va de l'image du pays.

    Rapporter djamel2 mercredi 2 octobre 2013 08:22