Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

  •   Propos recueillis par Yazid Ferhat
  • mercredi 6 novembre 2013 05:30

Abdelkader Djeflat : "Le secteur privé vit en marge de l’innovation"

Algérie Abdelkader DjeflatAbdelkader Djeflat, économiste

 

Abdelkader Djeflat (*) économiste, professeur à l'université de Lille et vice-président du réseau international de chercheurs et scientifique GLOBELICS revient dans cet entretien sur la question de l’innovation en Algérie. Pour lui, il faut opérer de profonds  changements institutionnels pour arriver à mettre en place un système national d’innovation performant.

 

Comment jugez-vous la perception des Pouvoirs publics la question de l’innovation ?

Dans beaucoup de plans et de programmes lancés par les pouvoirs publics, l’innovation n’y figure pas, y compris dans la dernière tripartite. Elle apparait ainsi comme une nouveauté aux yeux de certains décideurs. Ce qui est en soi  assez surprenant, puisque c’est une question qui a fait la force des pays émergents. Nous avons accumulé un grand retard en la matière. L’un des indicateurs majeurs, c’est la part du PIB  qu’on consacre à la recherche et développement. Elle n’est que de 0,7 % en Algérie alors qu’en Tunisie elle a atteint  1,29 %  et 1,20 % au Maroc. On peut dire qu’il y a une nette amélioration par rapports aux années précédentes, où ce taux ne dépassait pas les 0,28 %. Mais lorsqu’on voit que  les centres de recherches n’ont absorbé que le tiers des budgets qui leurs sont alloués, on ne peut conclure que cet effort en termes de ressource bien que nécessaires,  n’est  pas suffisant. Il faut qu’il soit suivi d’un effort organisationnel et de gouvernance du processus.  Nous avons monté, en 2007, avec des experts nationaux et étrangers une étude pour le ministère de l’Industrie sur le système national d’innovation, afin de mettre le doigt sur les incohérences. Nous avons conclu que le système, tel qu’il est configuré, ne peut pas produire de l’innovation et encore moins rendre les entreprises compétitives sur  le marché mondial.

 

Quelles étaient les recommandations de l’étude ?

Nous avons constaté que tous les acteurs de l’innovation sont déconnectés les uns des autres, et que le secteur privé vit en marge de cette question. Alors que l’innovation devrait être intégrée dans un système transversal. La première urgence est de revoir le système avec un  changement institutionnel en profondeur, puisque la question de l’innovation  implique toutes les institutions. Ensuite,  mettre place une coordination entre les acteurs de l’innovation à travers des  institutions intermédiaires et enfin, trouver les mécanismes d’incitation et de financements. Il faut noter que, six années après notre constat, rien n’a été fait sur le terrain. Le travail fait en 2007  n’a pas été exploité. Nous avons proposé la création d’une agence nationale de l’innovation, plus à même de mettre en place des stratégies, qui n’a pas encore  été créée. Sur une dizaine de centres techniques industriels qui joueront le rôle d’intermédiaires entre les centres de formation et l’entreprise, nous n’avons créé qu’un seul alors que nos voisins en sont à douze.

 

Pourtant, dans le discours officiel, la question de l’innovation et de la compétitivité revient souvent.

Bien que l’innovation soit une question vaste et complexe, il faut dire que les pouvoirs publics ont franchi un pas en avant qui n’est pas négligeable. La loi sur l’innovation de 1998 est en cours de révision de manière à donner la part belle à l’innovation. Il faut dire que cette loi qui marginalisait l’entreprise encadrait essentiellement la recherche.

 

Le classement de l’Algérie en bas du tableau en matière de l’innovation ne semble pas vous surprendre. Quels sont les indicateurs qui ont influé sur ce classement ?

Un système d’innovation embryonnaire, qui, plus est, exclut le principal innovateur, qui est l’entreprise, ne pouvait donner satisfaction. Néanmoins, le mauvais classement est dû aussi aux faiblesses même de nos entreprises. Il faut savoir qu’au sein de l’entreprise privée qui est censée porter la question de l’innovation et de la compétitivité, beaucoup ne sont pas conscientes de cette réalité.

 

D’importants fonds ont été alloués pour la mise à niveau des entreprises.

A mon sens, il faut réorienter une bonne partie de cet effort de l’Etat en direction des entreprises vers des questions d’innovation et de compétitivité. Car l’innovation n’est pas au cœur des programmes de mise à niveau. Pour ne citer que le programme de l’ANDPME qui prévoit la mise à niveau des équipements, des ressources humaines  mais pas les capacités de recherche et développement. Il  faut créer des fonds relais qui prennent en charge le financement de l’innovation d’une manière transitoire. L’innovation ne peut être durable que si elle est portée par les fonds privés ou des partenaires Public-Privé quand il s’agit de grands projets. Une innovation portée exclusivement pas les fonds publics n’a pas de place dans les systèmes d’innovation actuels. Un jour il n’y aura pas de fonds publics et les entreprises ne pourront pas innover. L’urgence est de basculer rapidement vers un équilibre fonds publics-fonds privés et créer le « capital risque » avec les banques privées qui devront accompagner les startups. Dans ce système d’innovation, le rôle des institutions intermédiaires sera de mettre en confiance les entreprises, prendre en charges les financements,  les travaux d’innovation et  la veille technologique. C’est fondamental dans le saut vers l’innovation.

 

Vous soutenez que l’entreprise doit être le moteur de l’innovation. Est-ce que le problème  ne réside pas aussi dans l’absence d’une demande nationale en produits de qualité ?

Nos entreprises ne sont pas encore conscientes des dangers de la concurrence. Mais, on ne cessera pas de le répéter, « les entreprises doivent innover ou disparaitre ». Notre expérience industrielle nous a montré que des centaines  d’entreprises activant dans le secteur du textile et du cuir ont simplement disparu parce qu’elles ne se sont pas adaptées au marché. En dépit du fait qu’elles avaient  une avance phénoménale dans leurs secteurs respectifs. Elles avaient subi les affres de la concurrence chinoise comme une fatalité. Tant que nous entreprises pensent  en termes de production et pas en termes d’innovation, elles seront vouées à la disparition. A l’opposé de la conception des entreprises algériennes, les entreprises tunisiennes ont eu une attitude intelligente. Elles sont allées là où il y a les créneaux porteurs, en misant sur le textile technologique et industriel.  Résultat : 70 entreprises exportatrices performantes dans le domaine. Et c’est le 7ème fournisseur de textile pour l’Europe. Les Tunisiens ont joué avec succès le partenariat technologique avec les centres du savoir.

 

Concrètement comment peut-on aller vers plus d’innovation dans le court terme ?

Il faut d’abord que le système d’information soit connecté avec l’entreprise et créer des laboratoires que les entreprises cofinancent. La recherche fondamentale est nécessaire, mais il faut donner des sujets de recherche qui sont la préoccupation actuelle de l’industrie. Ensuite, procéder à la clusterisation de la recherche en la concentrant sur des espaces bien définis, dans un territoire qui n’est pas homogène. L’agroalimentaire est à titre d’exemple le cluster qui émerge à Bejaia. Enfin,  identifier les filières prioritaires là où on a accumulé un certain niveau d’expériences pour les faire redémarrer. Je citerai entre autres  l’agroalimentaire, la métallurgie, la mécanique et l’électronique.

 

 

(*) Il est auteur de  nombreux ouvrages sur les systèmes d’innovation dont ses deux derniers publiés dans le cadre de Globelics :

- "Building Innovation systems in Africa: experiences from the Maghreb" aux éditions Adonis & Abbey, à Londres en 2010

- "The Real Issues of the Middle East and the Arab Spring: adressing research innovation and entrepreneurship" aux éditions Springer aux Etats Unis 2013 - 438 pages (avec Thomas Andersson).

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.