Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Nejma Rondeleux
  • mercredi 6 mars 2013 05:00

Zeinelle, un magazine qui veut donner aux algériennes l’envie de s’occuper d’elles-mêmes

Esma Djigouadi Zeinelle

 

Avec l'augmentation du nombre de femmes actives et le recul de l'âge du mariage, les demandes des Algériennes évoluent mais les services ne suivent pas. Ils sont  insuffisants ou inadaptés, notamment dans le domaine des loisirs. Pour pallier ce déficit, Esma Djigouadi vient de lancer Zeinelle, un site Web dédié à la beauté et au bien-être : des bons plans, des conseils, des avis de spécialistes. Et même des beauty party.

 

Pour le lancement officiel de Zeinelle, Esma Djigouadi ne pouvait choisir meilleure date. Le 8 mars, jour où la femme est célébrée dans le monde entier. Une journée symboliquement forte et importante, certes. Et après ? Quelle place lui accorde-t-on les 364 autres jours de l'année ? Pas beaucoup ou du moins pas comme il faudrait, selon la fondatrice du magazine en ligne. "L'Algérienne c'est un peu wonderwoman, en plus de son statut de femme active, il faudrait qu'elle soit aussi une femme d'intérieur et d'extérieur parfaite". Résultat, ces "femmes courages", comme les surnomme Esma, consacrent trop peu temps à prendre soin d'elles-mêmes. Au détriment de leur bien-être et de leur développement personnel. Deux notions essentielles que la jeune entrepreneuse de 32 ans a placé au cœur de son projet.

Une rubrique "beauté, bien-être" est ainsi proposée aux internautes. "Le contenu évoluera en fonction de la demande et sera assuré en collaboration avec des spécialistes tels qu'un nutritionniste, un diététicien… etc.", explique l'initiatrice du magazine en ligne dont le site a été développé en un mois par l'entreprise algérienne "Edisoft.dz". Un des articles de la rubrique est consacré aux antioxydants, grande source de bien-être à peu de frais, nous révèle Esma Djigouadi. « Nos assiettes contiennent tout ce qu'il faut pour avoir un teint éclatant, des cheveux brillants, des ongles résistants. Le reste est une question de connaissance ». Un régime alimentaire équilibré vaut toutes les crèmes anti-rides, anti-âge, anti-cerne... Voilà, l'un des premiers conseils de Zeinelle.

La rubrique "psycho" s'attache, quant à elle, à la dimension développement personnel grâce à un "coach de vie" chargé de répondre aux questions des internautes. "La psychologie demeure un sujet tabou en Algérie, ce qui pose d'énormes problèmes car au lieu de traiter la maladie on la nie et la situation s'aggrave", souligne Esma Djigouadi. Pour tenter d'aider les personnes confrontées à ces difficultés, Zeinelle propose, à travers les articles et les conseils de spécialistes, des pistes de solution voire même un accompagnement personnalisé. De précieuses ressources en Algérie où l'offre en la matière est quasiment inexistante sur Internet, comme l'a constaté la dynamique entrepreneuse durant la phase de préparation du projet.

"A travers mes recherches documentaires, je me suis rendue compte, qu'il existait très peu de magazines ou sites internet féminins algériens offrant à la fois des conseils de spécialistes dans le domaine de la beauté et de la psychologie et traitant de sujets sur les femmes dans la société algérienne". Rebutée par le monde des multinationales "sans liberté, ni créativité possible" où, qui plus est, elle est licenciée abusivement au bout de deux ans et demi, la diplômée en marketing saisit l'opportunité pour quitter définitivement la sphère des grandes entreprises privées. Pendant plus de deux ans, la jeune femme "touche à tout", se forme à l'art du modélisme, de la peinture, de l'esthétique et du maquillage. "Ces formations m'ont permis de trouver le métier dans lequel j'aurai plaisir à exercer", explique Esma Djigouadi. Six mois plus tard naissait Zeinelle.

Asseoir la crédibilité du site pour attirer les annonceurs

Totalement autofinancé, le budget du projet s'élève pour l'instant à 130.000 DA dont 110.000 dépensés pour le site Web et le reste pour la publicité, détaille la fondatrice de Zeinelle, précisant que l'argent provient en grande partie des indemnités reçues suite à sa plainte déposée, pour licenciement abusif, contre la société multinationale qui l'employait. L'objectif de la petite équipe du magazine en ligne, composée de cinq personnes, est donc à présent de trouver des sources de financement extérieures. "Les prochains mois vont être consacrés à la recherche d'annonceurs, de sponsors, partenariats… etc.", ajoute Esma Djigouadi qui souligne que trois espaces publicitaires ont été prévus dans chacune des cinq rubriques du site.

Pour cela, l'entrepreneuse, pleine d'idées, mise sur la nouveauté des services proposés, en particulier le Zeinelle Club destiné à fidéliser les lectrices à travers l'organisation de "beauty party". "Une fois par mois, un groupe de trois à cinq personnes, préalablement inscrit sur le site, est tiré au sort pour participer à un atelier de maquillage animé par une esthéticienne et une maquilleuse professionnelles", affirme-t-elle. "Ces moments de partage permettant aux lectrices de se détendre tout en posant toutes les questions qu'elles veulent, est un aspect essentiel de Zeinelle", poursuit Esma, "car ce qui manque à la femme algérienne, c’est un magazine qui soit près d'elle, qui soit en contact direct avec elle, et ne se résume pas à des articles froids". Si le pari réussit, un magazine papier pourrait voir le jour d'ici quelques mois. En attendant, à vos ordinateurs, pour tester tout ça !

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.