Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

  •   Yahia Benaïssa
  • samedi 13 avril 2013 09:27

Startup Weekend : Forte compétition pour arracher une place au premier incubateur de startups d’Oran

Startup Weekend Oran AlgérieLes onze porteurs de projets retenus pour la compétition finale.

 

Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite de la première Startup Weekend Oran. Une importante participation, beaucoup d’idées et une implacable volonté de réussir. Onze "dream team" devront rivaliser en ingéniosité pour arracher une place au podium, et donner un sérieux coup de pouce à leurs projets : faire partie du premier incubateur de startups d’Oran.

 

Une centaine de participants ont répondu à l’appel des organisateurs de la première Startup Weekend Oran qui a débuté jeudi, en fin d’après midi, à l’Institut Télécommunications et des Technologies de l'Information et de la Communication (INTTIC). Pendant trois jours, de jeunes porteurs de projets devront rivaliser pour obtenir l’aval du jury. Onze projets, sur les 21 présentés vendredi, ont été retenus pour êtres montés en équipes durant les 54 heures de maturation non-stop sous la supervision des coaches. Mais à la clé, seulement trois précieux tickets seront offerts à l’issue de ces joutes, pour faire parti du premier incubateur de startups d’Oran. C’est ce qui explique cette participation "massive", essentiellement des étudiants en graduation et en poste graduation, présentant des profiles aussi différents que complémentaires : des développeurs de logiciels, des designers et des "marketeurs".

A l’ouverture de la compétition, c’est Taha Bouarfa, un des coaches à cet événement, énumère à l’adresse des participants, les dix points clé sous forme d’orientations, qui sonnent comme des avertissements indispensables à tout nouvel entrepreneur qui veut monter un projet. "Beaucoup croient que pour donner naissance à un projet novateur, il suffit d’avoir une idée exceptionnelle. L’idée qui tue. Souvent ce n’est pas le cas. Et les exemples qui le démontrent sont multiples." Selon lui, les projets qui ont réussi le plus dans le monde, "sont souvent le fruit d’idées reprises à d’autres, mais améliorées de telle sorte à répondre à des besoins". "On n’est pas censé être obligatoirement dans une démarche d’innovation de rupture. Une innovation d’amélioration est souvent beaucoup plus efficace", a-t-il résumé. Autre paramètre à prendre en compte, celui de l’équipe qui doit porter le projet. "Constituer sa dream team est essentiel", a préconisé l’orateur, en soulignant l’importance de porter une attention au contexte dans lequel évoluent les porteurs de projet, en essayant toujours d’en tirer profit et d’en contourner les freins. Il mettra également l’accent sur la nécessité d’avoir une vision qui consiste à "commencer petit mais de voire grand", de "bien gérer le temps", de donner une importance au marketing, qui est, a-t-il dit, "la clé du succès". Les difficultés "ne doivent pas vous décourager", bien au contraire, elles doivent "vous stimuler" et "faire sortir le meilleur de vous-même".

 

L’esprit d’équipe

 

Après un bref exposé des organisateurs sur les règles générales de déroulement des startups, 21 chefs d’équipes porteurs d’idées défilent sur le pupitre pour la séance du "pitch fire". Une séance durant laquelle les candidats ont 60 secondes chronomètre en main pour présenter leur idée, la problématique à laquelle elle répond, les solutions, et les profils de compétences dont ils ont besoin pour la concrétiser. Un exercice qui a permis au reste des participants de voter sur les projets qu’ils jugent les plus intéressants. Onze idées ont ainsi survécu à cette première épreuve donnant lieu à une autre compétition, celle de la sélection des meilleures compétences pour la constitution des équipes. Chaque équipe devait être composée, selon la nature du projet à réaliser. Au minimum deux membres par projet, et six au maximum, ayant de préférence des profiles complémentaires.

Les idées de projets sélectionnés à l’issue des votes, concernent différents domaines, allant du secteur du bâtiment, au tourisme, en passant par l’éducation. Elles partagent toutefois, une vocation fondamentale d’innovation utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Parmi ces idées à fort potentiel d’innovation, "la réalisation d’une plateforme collaborative" qui propose différents types de compétences et métiers nécessaires au secteur du bâtiment. D’autres ont proposé la création d’un "site Web de comparaison des prix de différents produits de large consommation" pour acheter moins cher, ou encore "un jeux vidéo 100%100 algérien". Pour quelqu’un qui n’a jamais assisté à une startup week-end, l’ambiance est fortement imprégnée de cet esprit de compétition qui permet souvent aux gens de se surpasser. Mais il est également question de collaboration, d’esprit d’équipe, de mettre ses compétences au service d’un groupe et d’un objectif commun. La compétition prendra fin ce samedi en fin de journée avec la désignation des trois projets lauréats de la première Startup Weekend Oran.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.