Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

  •   Farid Farah
  • mercredi 25 septembre 2013 02:05

Un mode d’allocation des fréquences 3G "spécifique"

Les déclarations sur la 3G fleurissent ces derniers jours. La ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Zohra Derdouri a en effet assuré, en marge de l’inauguration du Salon Med-IT 2013 d’Alger qu’aucune modification ne sera apportée au planning arrêté dans le cadre du processus de l’étude des offres des opérateurs par la commission d’appel à la concurrence. Les « notes d’évaluation » et le « classement des opérateurs par ordre de mérite » seront ainsi connus le 15 octobre prochain. Ce classement permettra en fait le maillage des champs géographiques de couverture pour chaque opérateur. Le premier du classement aura le grand avantage de choisir les agglomérations à forte densité urbaine. Un travail de fond est entrain d’être mené par les membres de la commission d’évaluation des offres pour bien réussir la mise en œuvre de ce classement dont dépendra l’allure de la future carte des réseaux UMTS de l’Algérie. Cependant, une question mérite d’être posée. Pourquoi le gouvernement a opté pour la méthode de la soumission comparative dans l’octroi des licences 3G à des opérateurs déjà opérationnels sur le marché de la 2G ? La réponse est loin d’être technique.

En choisissant l’audition comparative, l’Etat entend mettre en évidence son rôle dans le choix du type de l’économie appliquée aux télécommunications mobiles du pays. L’Etat a donc voulu éliminer toute empreinte économique libérale dans la distribution des îlots des fréquences. En effet, la mise aux enchères des bandes de fréquences est une méthode conçue par les américains. Elle présente de nombreux avantages, autres que l’importance des fonds financiers, apportés aux caisses de l’Etat. Nous pouvons citer la réduction de moitié de la durée du déroulement de la procédure de l’octroi des licences et l’abaissement de la charge de travail de l'administration. Cependant, la méthode de l’attribution du spectre à l’opérateur le plus offrant, risque d’instaurer un monopole ou une dominance dans le contrôle de la majorité du spectre. L’Etat a donc préféré suivre l’exemple de la Finlande, premier pays à avoir octroyé des licences UMTS via la méthode la soumission comparative suivant des critères de sélection objectifs et donnant lieu à des engagements des opérateurs. Il est à souligner qu’aujourd’hui, à travers le monde, l’allocation des fréquences 3G ou 4G s’effectue selon trois méthodes différentes : soumission comparative, tirage au sort et enchères.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.