Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Farid Farah
  • mercredi 31 juillet 2013 02:05

La 3G arrive : une bonne nouvelle mais…

C’est officiel, la mise en exploitation commerciale des réseaux mobiles 3G sera autorisée à partir du début du mois de décembre de cette année. L’arrêté ministériel, signé par le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Moussa Benhamadi, sera publié dans le prochain numéro du Journal officiel. C’est une très bonne nouvelle pour les opérateurs de la téléphonie mobile dans la mesure où, malgré une arrivée tardive, la technologie UMTS demeure leur principal axe de développement économique pour faire face au phénomène de la stagnation des revenus issus de la voix. Cependant, le blocage de la loi fixant les règles applicables aux activités de la poste, des télécommunications et à celles liées aux technologies de l’information et de la communication risque de rendre les investissements des opérateurs plus lourds et de diminuer l’activité économiques dans ces réseaux en privant, par exemple, les consommateurs des services de la monétique électronique comme le M-Banking. La 3G « made in Algeria » va donc rater les avantages de la portabilité de numéro, de l’itinérance nationale, issue de la mutualisation des réseaux des opérateurs, et de l’introduction des activités des opérateurs des télécommunications virtuels et alternatifs.

Le déploiement d’un réseau 3G aux côtés d’un autre de type 2G en l’absence de la nouvelle loi des télécommunications va engendrer des prix élevés pour consommer la data et surtout diminuer la qualité de service et la flexibilité pour accéder à Internet. Décryptages, la désactivation de cette loi prive les opérateurs de mutualiser une partie de leurs réseaux mobiles pour diminuer le coût du déploiement des infrastructures des sous systèmes radio et commutation notamment sur les zones moins denses. L’impact de ces économies est très important : la couverture géographique et la qualité de service seront améliorées ainsi que l’accès aux services de la 3G qui coûtera moins cher au consommateur. Aussi, l’adoption de la nouvelle loi des TIC fera arriver sur le marché de la téléphonie mobile des opérateurs mobiles virtuels (MVNO) dont le rôle est de fournir des services de téléphonie mobile à des prix cassés et sans disposer de fréquences mobiles ni de réseau d’accès mobile. Le régulateur disposera alors d’un outil de contrôle comptable très efficace. L’absence de cette loi empêchera les abonnés d’un opérateur 2G de bénéficier d’une offre 3G ailleurs tout en conservant leurs numéros.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.