Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

  •   Oxford Business Group
  • mercredi 16 octobre 2013 08:12

La bourse de Maroc change de statut pour mieux rebondir

Les pouvoirs publics ont introduit de nouvelles mesures destinées à renforcer une BVC en crise.Les pouvoirs publics ont introduit de nouvelles mesures destinées à renforcer une BVC en crise.

Le reclassement de la Bourse des Valeurs de Casablanca (BVC), prévu en novembre prochain, qui quitte la catégorie de « marché émergent » pour passer à celle de « marché frontière » pourrait attirer des flux de capitaux vers un marché boursier confronté, ces dernières années, à un environnement exogène de plus en plus difficile.

La décision du fournisseur d’indices MSCI de reclasser la Bourse des Valeurs de Casablanca (BVC) a été annoncée en juin et devrait prendre effet en novembre. S’il y a un certain prestige à faire partie de l’indice MSCI Marché Émergent (MSCI Emerging Market), la BVC n’en a pas vraiment vu les avantages depuis son entrée dans le groupe en 2001.

Cela est dû en grande partie à la faiblesse du poids de la BVC dans l’indice. Le ralentissement des transactions observé depuis 2008 a entrainé une baisse du nombre d’entreprises marocaines figurant dans l’indice. Elles sont aujourd’hui au nombre de trois et la plus importante d’entre elles, Maroc Telecom, a vu son poids divisé par deux l’an dernier suite à la chute de son titre.

Mais l’entrée du Maroc, en novembre prochain, dans l’indice « marché frontière » est loin d’être un échec. Elle pourrait en effet contribuer à stimuler l’intérêt des investisseurs recherché par les responsables de la BVC. Selon un récent rapport de Reuters, le Maroc devrait avoir un poids de 6,7 % dans l’indice « marchés frontières », et donc une plus grande visibilité pour les investisseurs. Les médias locaux rapportent que les traders tablent sur un afflux d’investissement étranger suite au reclassement, ce qui pourrait contribuer à rattraper la baisse enregistrée par le marché en 2009, aussi bien en ce qui concerne la capitalisation boursière que le volume des transactions.

Des réformes pour consolider la bourse

Par ailleurs, l’État et les autorités boursières redoublent d’efforts pour introduire de nouvelles mesures afin de renforcer la bourse et d’en améliorer la liquidité. Parmi ces dernières, on peut citer une nouvelle loi autorisant la vente à découvert et qui était prévue pour le premier semestre de 2013, bien qu’aucun projet de loi n’ait été déposé.

Cela fait aussi des années que la création d’un marché de dérivés à la BVC est en projet. Le manque de liquidité du marché constituera vraisemblablement un frein au développement de nouvelles plateformes sur le court terme mais, une fois mis en place, le marché de dérivés devrait déboucher sur de nouvelles opportunités d’investissement.

La cotation en bourse d’un plus grand nombre d’entreprises pourrait également permettre de consolider le marché et la BVC prend des mesures pour encourager de nouvelles entreprises à s’introduire en bourse. L’an dernier, les autorités boursières ont déclaré avoir rencontré plus de 170 entreprises, dont certaines intéressées par une introduction en bourse. Un certain nombre de mesures incitatives ont été mises en place, notamment une subvention de la BVC allant jusqu’à 500 000 dirhams (44 780 euros) pour couvrir les frais liés à l’introduction en bourse, tels que les coûts des conseillers juridiques et financiers.

Des résultats en baisse

Les réformes proposées arrivent à un moment où la BVC affiche une sensible baisse : fin août, la BVC avait perdu plus de 10 % par rapport au début de l’année et l’indice MASI (Morocco All Shares Index), un indice pondéré par la capitalisation boursière composé de 75 entreprises cotées, était en recul de 10,05 % par rapport à son niveau au premier janvier, à 8419,04. Le MADEX, indice composé des valeurs les plus liquides cotées en continu, était en recul de 10,29 %, à 6830,53.

La bourse continue à subir les effets d’un climat économique difficile, au Maroc comme à l’extérieur ; la crise économique en Europe a entrainé une baisse de la demande d’exportations, qui ont mis du temps à se rétablir ces dernières années. Le déficit budgétaire est en hausse alors que le gouvernement tente de trouver un équilibre entre une volonté de stimuler la croissance économique et le besoin de réformer un régime de retraites publiques et un système de subventions coûteux. Dans un contexte de risque économique accru et de crise de liquidité, les banques prêtent moins facilement, ce qui a limité l’accès au crédit et engendré un contexte d’investissement plus frileux.

Si le marché aura besoin de temps pour se remettre sur pied, l’attitude plus volontariste des autorités en 2013 devrait entrainer un rebond des activités de transaction et de la capitalisation sur le moyen terme.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Reclassement? Il est où le reclassement ? C'est un déclassement pur et simple. C'est quoi cette catégorie "marché frontière"? C'est un truc attrape-nigauds pour faire passer la pillule...
    J'ai déja dit dans le passé que cet "Oxford Group" produit des etudes bidons sur commande. ME devrait ne plus passer ce genre d'article de propagande à moins d'être renuméré et le signaler clairement comme publicité...

    Rapporter Truc mercredi 16 octobre 2013 09:47