Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

  •   Merouane Korso
  • dimanche 18 août 2013 13:59

Forte baisse à la bourse du Caire dès la reprise des cotations

Pour les investisseurs étrangers, c’est le Sauve qui peut

 

La bourse du Caire subit les contrecoups de la violence, avec une baisse significative dès la reprise des cotations, dimanche. Les investisseurs étrangers, quant à eux, vendent à tour de bras.

 

Les transactions boursières ont repris dimanche dans la fébrilité au Caire, où les manifestants pro-Morsi maintiennent la pression sur le gouvernement et l'armée, en dépit d'un nombre très élevé de morts. Le début de la séance de cotation a été catastrophique, avec des ventes à tour de bras par des investisseurs étrangers, ramenant dans le rouge la bourse du Caire.

Comme promis par l'autorité publique de surveillance des valeurs mobilières, la bourse du Caire a ouvert normalement dimanche pour une séance de cotation de trois heures seulement, les banques de la place ne fonctionnant que durant ce temps du fait du couvre-feu imposé par le pouvoir militaire. Un communiqué de la banque centrale égyptienne diffusé samedi avait annoncé qu'en raison du couvre-feu réinstauré dans le pays, les horaires d'ouverture et de fermeture des banques seraient limités de 9 H 00 à midi. Et, à l'ouverture de la séance, l'EGX30, indice vedette de la bourse du Caire, accusait une baisse sensible. En moins d'une heure, il perdait 2,48%, à 5.411,43 points. L'indice des actions des petites et moyennes entreprises, l'EGX70, lâchait de son côté 0,7%, à 425,97 points, alors que l'indice élargi EGX100 reculait de 9,86%, à 731,49 points. L'extrême confusion politique dans le pays, et la tournure inquiétante prise par la répression des manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi, avec plus de 750 morts tués par balles, ont provoqué un vent de panique à la bourse cairote.   

''Sauve qui peut''

C'est un véritable cri de '"sauve qui peut'' qui s'est dégagé dimanche aux premières heures de cotations à la bourse du Caire. Les investisseurs étrangers sont en train de vendre à tour de bras. Le montant des ventes des actionnaires étrangers s'est établi à 3,4 milliards de livres égyptiennes (une livre vaut 0,14 dollar)  pour atteindre un volume global de 357,1 milliards de livres égyptiennes, contre 360,5 milliards de livres à la clôture de la bourse la semaine dernière. Autre signe de cette déprime, le temps des cotations a été ramené à trois heures par jour, conte quatre heures avant les scènes de violence.

En fin de semaine dernière, l'EGX 30 avait reculé de 1,2%, à 5.459,1 points, perdant 3,9 milliards de livres égyptiennes, contre 364,4 millions de livres égyptiennes une semaine auparavant, selon un rapport hebdomadaire de la bourse. La baisse de l'EGX30 est expliqué par le même rapport par la réduction du temps de cotation, passé à quatre jours la semaine dernière avec la fermeture jeudi des banques de la place au lendemain du démantèlement des camps des pro-Morsi qui s'était soldé par plus de 650 morts.

Créée en 1883 avec la bourse d’Alexandrie, suivie en 1903 de la bourse du Caire, la Bourse égyptienne (Egyptian Stock exchange, EGX) est l’une des plus anciennes du monde arabe. Elle comprend trois indices principaux: l’EGX30, l’EGX70 et l’EGX100, avec un peu plus de 200 entreprises cotées pour une capitalisation totale de 376 milliards de livres 2012. Pourtant, la Bourse du Caire avait salué la chute de Mohamed Morsi le 3 juillet dernier, en bondissant de 6,4%. Quarante-cinq jours plus tyard, elle vacille, à l'instar de l'économie égyptienne, dont le déficit budgétaire a dépassé les 29 milliards de dollars (+ 11,8 % du PIB) sur les 11 derniers mois.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.