Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Yazid Taleb
  • mardi 5 novembre 2013 06:15

Ambiance très morose au sein des banques privées algériennes

 Banque d'AlgérieLa Banque d'Algérie contraint les priver à se chercher d'autres crénaux ou... partir

L’ambiance est très morose au sein des banques privées qui  sont  contraintes  de revoir de fond en comble  leur stratégie sur le marché algérien. Le plafonnement des commissions sur le commerce extérieur ampute considérablement leurs résultats financiers. Certaines banques auraient même envisagé  de mettre la clef sous le paillasson.

 La « rectification » a été énoncée par le Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci : le financement du commerce extérieur doit devenir pour les banques privées « une activité annexe ». Une analyse sur l’activité des banques au cours des années 2011  et 2012, l’avait poussé à rappeler sèchement aux banquiers privés que « les agréments leur ont été délivrés pour faire de l’intermédiation bancaire, c’est-à-dire principalement pour collecter l’épargne et financer l’investissement ». Le rappel a été suivi, l’été dernier, par des mesures qui rendent l’activité de financement du commerce extérieur nettement moins attractive. L’impact sur rentabilité des banques privées jugée encore « exceptionnelle » à fin 2012 est important. Cette rentabilité devrait fortement baisser dès cette année. Un banquier de la place estime la perte probable à « plusieurs centaines de millions de dollars en année pleine du fait que la commission de change à elle seule représentait entre 20 et 60% des revenus des banques privées ».

 La spécialisation, c’est fini !

 Sur les 14  banques privées actuellement présentes sur la place seules les plus importantes d’entre elles, à l’image de  Société générale Algérie ou de BNP Paribas voire d’El Baraka  , Gulf Bank, ou encore ABC ont fait un réel effort de diversification  en s’appuyant notamment sur le développement très rapide de leur réseau d’agences .Fidélisation et élargissement  de la clientèle corporate, développement rapide du leasing, politique d’attraction de la clientèle des PME et des professions libérale sont quelques-uns des axes de la stratégie de ces « banques privées à réseau » qui tentent de se doter progressivement d’un profil de banque universelle et pour lesquelles le pronostic des spécialistes reste aujourd’hui optimiste. Face à un risque important de perte de rentabilité  elles vont devoir investir de nouveaux créneaux  et trouver des revenus de substitution. C’est également le principal objectif des pouvoirs publics  qui veulent réorienter l’ensemble des banques et notamment les banques du secteur privé vers le financement des PME, chantier de longue haleine dans lequel les résultats enregistrés au cours des dernières années restent très décevants. Nos interlocuteurs s’attendent à voir les plus importantes  des banques privées innover d’avantage au cours des mois à venir en matière de produits offerts notamment aux clientèles des entreprises et des professions libérales qui devraient être de plus en plus courtisées .  Symétriquement, et dans le but  d’augmenter le volume de leurs crédits aux entreprises, ainsi qu’aux particuliers à travers le développement, souhaité par les autorités financières, du crédit immobilier hypothécaire,  les banques privées vont devoir rechercher et attirer de nouveaux dépôts et donc développer la collecte des ressources, ce que certaines  d’entre elles n’ont fait que très modestement jusqu’ici.

  Menace sur les petits établissements bancaires

 La plupart des petits établissements bancaires privés   ont  au contraire accentué la priorité réservée au financement du commerce extérieur dans la période la plus récente. Parmi ces derniers, pour lesquels l’activité de financement du commerce extérieur a pu représenter ces dernières années jusqu’à 85% de leur  produit net bancaire, le choc est très dur à encaisser. Selon nos sources,  les directions régionales de certaines d’entre elles auraient évoqué la possibilité de mettre un terme à leurs activités en Algérie. Pour ces banques la période à venir s’annonce périlleuse et pourrait réserver de mauvaises surprises.  A la frontière entre ces deux catégories de banques privées, HSBC Algeria ne fait pas vraiment partie des  petits établissements bancaires ayant misé quasi exclusivement sur le financement du commerce extérieur. Mais elle compte parmi ceux dont  les capacités de s’adapter au nouveau contexte réglementaire vont être durement testées au cours des quelques années à venir. Elle devra miser sur sa réputation et son expertise pour continuer à développer  une stratégie de niche. La feuille de route de la banque n’annonce pas plus de huit agences à moyen terme, avec dans une première étape une priorité pour Alger, Oran, Sétif et Hassi Messaoud. A l’image de l’agence d’Hydra, vitrine de la banque dans le quartier le plus chic d’Alger, les services proposés par HSBC s’adressent à une clientèle aisée. Ce positionnement devrait se confirmer dans les prochaines années  conjointement avec un engagement accru  dans le financement des porteurs de projets locaux.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

3 Commentaires

  • La B A aurait du exigé dés le depart des banques privées le financement de l'economie au lieu de se contenter du financement du commerce exterieur !
    Elle devrait nous expliquer le choix de l'impositon du CREDOC comme unique mode de paiement ce qui a permis à ces memes banques de s'en mettre plein les poches et à l'inflation de monter de 2points ;
    Une derniere question à la BA : Comment peut elle justifier economiquement et moralement la suppression du credit automobile par les banques alors que les concessionnaires accordent des credit à taux zero sur 12 voir 24 ou 30 mois !
    N'est ce pas là un artifice pour detourner la loi ?
    Enfin je pense qu'il est déjà trop tard et le jour ou certains banque decideront de trabsferer à l'etranger leurs bénfices beaucoup seront surpris par l'ampleur de la saignée
    Mais bon il vaut mieux tard que jamais

    Rapporter Kimagalek mardi 5 novembre 2013 20:40
  • Khalifa Bank, banque algerienne, l' a fait naturellement avec ses 60 agences reparties à travers le territoure nationale, des grandes villes, mynennes , des zones de montagne à la steppe!!!Elle a été encouragée à la manière;;;

    Rapporter djamal mardi 5 novembre 2013 10:59
  • Les plafonnements de commission imposes sont encore genereux pour les banques. Comme la conccurence est limitee par la barriere a l entree que constitue l agreement de la banque d algerie, avec 60 milliards usd d importations, les operations de comex constituent une rente.
    Il n est etonnant que les banques ne fassent pas d effort pour faire de la transformation d epargne en credit.

    Rapporter Moh mardi 5 novembre 2013 07:34