Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Nejma Rondeleux
  • mardi 26 novembre 2013 17:39

Le nouvel assureur AMANA s’intéresse au créneau "santé" du marché algérien

La santé, nouveau produit d'assurance en Algérie

Le lancement récent de la marque commerciale de la Société d'assurance de prévoyance et santé (SAPS) sous le nom d'AMANA permet à la seconde compagnie dans le secteur de l'assurance de personnes en Algérie de s'ancrer sur le marché grâce à une gamme de produits inédits, notamment dans le secteur la santé.

 

Pour faire connaître AMANA au public algérien, la Société d'assurance de prévoyance et de santé (SAPS) a mis les moyens : campagne de presse, affichage, spots médias, nouveau site internet, etc. Il faut dire que dans un pays où l'assurance n'occupe que 1 pour cent du PIB  – contre 3 pour cent chez nos voisins marocains – la tâche n'est pas simple. Depuis sa création en juillet 2011, suite à un partenariat entre la MACIF, premier assureur de particuliers en France , la SAA, et deux grandes banques publiques algériennes, la BADR et la BDL, la SAPS s'emploie à « trouver les solutions adaptées au marché algérien », selon les mots du directeur général, Pierre-Olivier Adrey, lors d'une conférence de presse organisée mardi à Alger.

L'un des secteurs prioritaires pour l'assureur est la santé. « C'est un thème primordial pour l'Algérie dont 75 % de la population à moins de 35 ans et 10 % plus de 60 ans », a déclaré Pierre-Olivier Adrey. « Face à cette forte demande, nous voulons apporter des réponses concrètes aux citoyens, surtout en termes d'assurance santé individuelle ». Car, mis à part les entreprises publiques et les grands entreprises privées qui proposent à leurs salariés une assurance collective, rares sont les Algérien(ne)s à bénéficier d'une complémentaire santé. « Les professions libérales, notamment, représentent un énorme marché », a indiqué le directeur général-adjoint Saïd Haddouche.

Assurance de rapatriement de corps

Si les entreprises ont représenté l'essentiel des 1.069 milliards de dinars de chiffre d'affaires réalisé en 2012 par la compagnie, la part des particuliers tend a augmenter grâce à l'assurance de rapatriement de corps qu'AMANA est le seul à proposer en Algérie. « Nous proposons ce service aux Algérien(ne)s du monde entier à un prix très concurrentiel de 2.500 dinars (25 euros) par an, sans limitation d'âge », précise Tarek Akeb, directeur de développement à AMANA. Et l'offre attire de plus en plus de souscripteurs. « Au 30 octobre 2013, 18.000 clients bénéficient de l'assurance rapatriement de corps d'AMANA », informe Saïd Haddouche.

« De nouveaux produits seront bientôt diffusés et des agences AMANA ouvriront prochainement hors Alger », a annoncé le président de la SAPS, Mouloud Abane. Après avoir travaillé pendant deux ans à la « construction » de la SAPS, qui compte aujourd'hui 60 employés, et à la création de la marque commerciale AMANA, la société, dotée d'un capital social de 1 milliard de dinars, entend donc faire de l'année 2014 celle de son déploiement. Avec en ligne de mire une entrée à la Bourse d'Alger qui, même « s'il est encore trop tôt pour l'envisager en 2014 », selon Mouloud Abane, fait bien parti des projets futurs d'AMANA.

 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.