Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Younès Djama
  • mardi 18 juin 2013 17:43

Issaad Rebrab sur Maghreb M: "Nous utiliserons notre droit de préemption sur Djezzy s'il est cédé à notre désavantage"

Rebrab IssadM. Rebrab, lors du direct de Maghreb M, la radio web de Maghreb Emergent (Ph: M'hamed Kerrouche).

Le patron de Cevital n’a pas écarté la possibilité de recourir à l’arbitrage international pour faire valoir son « droit de préemption », en tant qu’actionnaire minoritaire de Djezzy dans la cession de la majorité des actions de l’opérateur de téléphonie par le russe Vimpelcom. Issad Rebrab propose une solution ou Vimpelcom garderait 30%; l'Etat algérien prendrait 35% et Cevital monterait à 34%  dans le capital de OTA, premier opérateur de téléphonie mobile en Algérie.

 

Le président de Cevital Issaad Rebrab a affirmé pour la première fois en public qu'il était prêt à faire valoir son « droit de préemption, si les choses tournent contre nous" dans la transaction, toujours bloquée, entre Vimplecom et l'Etat algérien dans l'affaire Djezzy.  Le pacte des actionnaires de OTA, détentrice de la licence GSM connue sous le nom commercial de Djezzy prévoit en effet un droit de préemption pour les associés en cas de cession d'une part du capital par un autre associé.  « Soit on trouve terrain d’entente, soit on exerce un droit de préemption », a prévenu, aujourd’hui, le président du Conseil d’administration du groupe agroalimentaire algérien Cevital lors d’un direct sur Maghreb M., la radio web de Maghreb Emergent. 

« Il est évident que nous ne voulons pas exercer notre droit de préemption sur les 51% que l’Etat algérien veut racheter. « Les gens ne savent pas que même avec 3,43%, nous avons ce droit selon le  pacte des actionnaires», a encore ajouté M. Rebrab, qui n’exclut pas d’intenter une action judiciaire contre son coactionnaire dans Djezzy, le russe Vimpelcom, devant le tribunal arbitral de Londres « si Cevital ne trouve pas son compte » dans la cession envisagée.

En revanche, le patron de Cevital exclut qu’une action similaire soit engagée contre l’Etat algérien. Selon lui, son groupe peut acheter toutes les actions de Djezzy, précisant qu’il a déjà proposé à Vimpelcom d’augmenter ses parts dans Djezzy à hauteur de 30%. Il y a 6 ou 7 ans, Cevital était sur le point d’acheter Djezzy à 100%, a-t-il dit : « Nous avons fait des propositions au gouvernement algérien pour bien moins cher que ce qu’il vaut aujourd’hui. Je me suis mis d’accord avec Sawiris (l’ancien propriétaire de Djezzy), et quand j’ai demandé l’avis des autorités elles ont dit non et j’ai respecté évidemment. ».

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • CEST DOMMAGE POUR REBRAB ,IL DEMANDE L,,IMPOUSSIBLE EN ALGERIE

    Rapporter FARES mercredi 19 juin 2013 18:00