Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Février 2018

  •   Abdelmalek Touati
  • mardi 12 novembre 2013 17:14

Tewfik Hasni : «Le marché de l’énergie de demain sera électrique et Sonatrach doit s’y préparer avec le solaire »

Tewfik Hasni, père fondateur de la première compagnie algérienne versée dans le renouvelable (Ph. M. Kerrouche)

Les énergies renouvelables sont en phase de devenir l’alternative aux hydrocarbures fossiles dans le monde et plus particulièrement dans les pays développés, où elles pèseront pour 80% dans le mix énergétique à l’horizon 2040. Et Sonatrach doit se positionner dès aujourd’hui comme fournisseur d’électricité solaire à l’Europe, en remplacement du gaz naturel dont les réserves s’amenuisent. Parole de Tewfik Hasni, expert en énergie et ancien vice-président Aval du groupe pétrolier algérien, invité mardi de Radio M, la web radio de Maghreb Emergent.

Au moment où le discours dominant au sein des pouvoirs publics tente de redonner une seconde vie aux énergies fossiles, des voix expertes et fortes d’une crédibilité internationale, apportent la contradiction et tentent de défendre une voie alternative, celle des énergies renouvelables, dans un nouveau modèle énergétique algérien à reconstruire. Ancien vice-président Aval de Sonatrach dans les années 80 et  co-fondateur de New Energy Algeria (NEAL), la compagnie des énergies renouvelables crée conjointement  par Sonatrach et Sonelgaz, Tewfik Hasni s’inquiète de l’absence de volonté politique pour amorcer un nouveau modèle énergétique basé sur le renouvelable.

Un nouveau modèle que le prix actuel excessivement bas de l’énergie, empêche d’émerger et de se développer : « La culture de la rente gèle toute initiative en dehors de la vente en l’état des énergies fossiles », a-t-il déclaré à l’émission hebdomadaire « Les invités du direct » de Radio M. Hasni avertit que « la crise qui frappe à nos portes ne nous donnera pas beaucoup de flexibilité », d’où l’urgence d’agir maintenant dans une démarche qui explique aux Algériens, à travers « la vérité des chiffres », l’obligation de passer à un modèle de consommation énergétique qui prenne en compte le coût réel de l’énergie.
 
Remplacer les exportations de gaz par l’électricité solaire
 En sus du discours officiel résolument tourné vers les hydrocarbures de schiste, Tewfik Hasni estime que les pouvoirs publics donnent de «mauvais signaux» en direction des énergies renouvelables. L’un des plus visibles est le flou qui entoure le sort de la New Energy Algérie (NEAL), une entreprise créée en 2002, pour promouvoir les énergies renouvelables. «Une stratégie de développement du renouvelable doit avant tout reposer sur un « développeur » et NEAL aurait très bien pu jouer ce rôle», précise Hasni, qui ajoute que le Maroc pris l’initiative de créer - sur ses propres conseils - une entreprise pleinement engagée dans un ambitieux programme dans le renouvelable.

L’Algérie a pris le chemin inverse en confiant cette mission à Sonelgaz, alors qu’elle ne dispose pas de « crédibilité financière » pour engager ce type d’investissements très capitalistiques. Pour l’invité de Radio M, Sonatrach est la mieux placée pour investir dans le renouvelable et exporter de l’électricité verte vers le marché européen. « Elle peut être sa future source de revenus à la place du gaz naturel, quand les réserves se seront asséchées », a-t-il déclaré. Mais pour cela, le groupe pétrolier algérien doit « donner dès maintenant des signes au marché européen que nous pouvons être présents au rendez-vous », poursuit-il. En plus de l’épuisement de ses réserves, l’Algérie est en train de perdre d’importantes parts de marché pour son de gaz naturel en Europe, au profit du Qatar et de la Russie.  Et « il serait impossible de les concurrencer avec du gaz de schiste dont le coût de production est trois fois plus cher que celui du gaz conventionnel », estime Hasni.
Les concentrateurs solaires, la technologie la plus simple
Pour Tewfik Hasni, « la voie royale » pour l’Algérie est la technologie des concentrateurs solaires, dont les équipements « peuvent être intégrés jusqu’à 70% en Algérie » au lieu du photovoltaïque. Cette technologie est basée sur le déploiement de miroirs solaires reliés à un concentrateur de chaleur, lequel représente 20% de l’investissement global. « Le potentiel algérien en solaire thermique est de 170 000 térawatts alors que le photovoltaïque ne représente que moins de 100 térawatts », estime Hasni, qui précise que l’Algérie est le premier pays méditerranéen en potentiel de solaire thermique.    
Le gisement des gaz torchés, un immense gâchis algérien
De par son expérience au sein de Sonatrach et sa connaissance du secteur algérien des hydrocarbures, Tewfik Hasni considère que l’Algérie ne fait rien pour valoriser son « potentiel » de gaz torchés, avec lequel « elle peut produire 29 000 mégawatts  d’électricité ». Les gaz torchés sont issus de l’injection de gaz naturel dans l’exploitation des gisements de pétrole. Quand le gaz remonte en surface avec le pétrole liquide, une partie de ce gaz est brûlée, donc rejetée dans l’atmosphère. La Banque mondiale a estimé la quantité de gaz torché en Algérie à l’équivalent de 6,5 milliards de mètres cubes/an, une quantité qui peut être récupérée sur place et utilisée pour alimenter des turbines à basse pression et produire de l’électricité.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Lui demander le coût du kWh solaire de Neal, ça, ça aurait été une information au lieu des banalités débités a chaque intervention...

    Rapporter Truc mardi 12 novembre 2013 21:36