Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Février 2018

  •   Merouane Korso
  • mardi 19 novembre 2013 07:15

Le Maroc en quête d’autonomie énergétique par le renouvelable

 centrale thermo-solaire de Ain Beni Mathar La centrale thermo-solaire de Ain Beni Mathar inaugurée en mai 2010 (dr)

A l'horizon 2020, le Maroc, pauvre en énergie fossile, voudrait inverser la tendance de sa dépendance des importations de pétrole. 

  Le Maroc compte porter sa consommation d'énergie à partir du renouvelable à 42% contre 95 % actuellement à partir des importations de produits pétroliers, dont la facture atteint actuellement les 60 milliards de dirhams. En 2020, l'éolien et le solaire devraient permettre au Maroc d'économiser 1,5 milliard de dollars par an d'importation de produits pétroliers. Avec des financements de 13,4 milliards d'euros dans les énergies renouvelables, le Maroc devrait théoriquement dès 2020 sortir de sa dépendance des importations de pétrole. En fait, c'est une course contre la montre que mène le Maroc dans le domaine de la consommation énergétique. Face à une facture pétrolière sans cesse en hausse du fait du renchérissement des cours sur le marché international, le pays doit trouver des solutions urgentes pour répondre à une forte croissance de la demande. Celle-ci augmente chaque année de 4% depuis 1998, et devrait atteindre les 8% d’ici à 2020. Le Maroc, qui dépend entièrement des importations de pétrole, n'a que les énergies renouvelables à développer pour alimenter sa croissance économique et faire face à une forte demande de consommation notamment domestique.          

Contourner les importations de pétrole

 A lui seul, le pétrole représente près de 61% de la consommation énergétique du Maroc. Les centrales électriques du pays fonctionnent toujours au fioul, ce qui contribue à grever davantage le budget pour les achats de produits pétroliers. Lors de la présentation du mégaprojet de parc solaire de Ouarzazate en 2012, Abderahmane El-Hafidi, directeur de l'Électricité et des Énergies renouvelables du Maroc, a estimé que le pays ''va devoir financer 13,4 milliards d'euros pour renforcer ses capacités de production d'électricité, dont près de 10 milliards seront consacrés aux seules énergies renouvelables''. Un ambitieux projet qui va s'étaler à l'horizon 2020 et devrait être concrétisé par la production de centrales solaires et éoliennes, dans le sud et près du Détroit de Gibraltar, région de vents forts. Pour le solaire, c'est un formidable programme de production d'énergie qui est mis en oeuvre avec la capacité de production de 2 000 mégawatts, et qui coûtera quelque 7 milliards d'euros. Ouarzazate sera le premier des cinq parcs solaires à entrer en fonction, dès 2015.

  Les parcs d’Ouarzazate en chantier

 Le Maroc a lancé en mai dernier la construction de la centrale thermo-solaire, première phase du projet de parc solaire à Ouarzazate. Selon le directeur général de l'Agence marocaine de l'énergie solaire (Masen), Mustapha Bakkoury, elle "est la plus grande du genre au monde". Avec un coût d'environ 650 millions d'euros, cette première centrale, dont la construction a été confiée à un consortium majoritairement saoudien, entrera en fonction d'ici fin 2015 et disposera d'une capacité de production de 160 mégawatts. A l'horizon 2020, le Maroc compte ainsi construire de cinq parcs solaires avec une capacité de production estimée à 2000 MW. A lui seul, le programme de développement de l'énergie solaire est estimé à neuf milliards de dollars.

 L'éolien, l'autre challenge

 Par ailleurs, avec des potentialités importantes, le Maroc s'est également lancé depuis quelques années dans un vaste programme de production d'énergie éolienne de 1 500 mégawatts, pour un investissement de 1,5 milliard d'euros. Les experts estiment le potentiel de l'éolien dans le pays à 25 000 mégawatts. Le vent va donc être mis à contribuer autant que le soleil à la fourniture d'énergie au Maroc. Cinq sites de production d'énergie électrique à partir de l'éolien, notamment implantés à Tanger, Tétouan ou Taza, atteindront une puissance installée de 1.000 MW, soit 19% de la puissance électrique du pays actuellement installée. Ils produiront surtout près de 3.305 GWh/an d'électricité. Et, vers 2020, la production d'énergie électrique provenant de l'éolien devrait atteindre 2.000 MW. Avec le plan solaire (production de 2.000 MW/an d'ici 2020), le parc éolien du Maroc devrait permettre l'économie de 2,5 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP) d'énergie fossile, soit 1,25 milliard de dollars par an.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.