Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Février 2018

  •   Younes Djama
  • mercredi 30 octobre 2013 15:21

Desertec II veut financer les PME maghrébines versées dans les énergies renouvelables

Le Maroc est très avancé dans le développement des énergies renouvelables (Ph. DR)

D'après les recherches de l’initiative industrielle allemande Desertec (Dii), les capacités de production d'énergies renouvelables en Afrique du Nord et au Moyen-Orient va presque doubler d’ici 2015, passant de 1,7 gigawatt (GW) à 3,3 GW. Le Maroc jouera un rôle de locomotive avec une augmentation de ses capacités de 0,6 GW à 1,7 GW. Reste à trouver des bailleurs de fonds pour les PME impliquées. 

 

« Les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient amorcent une transition impressionnante vers l’énergie éolienne et solaire. Des entreprises de notre réseau sont impliquées dans environ la moitié des projets à venir, ce qui me réjouit tout particulièrement », a souligné Paul van Son lors de l’ouverture mercredi au Maroc, de la 4ème conférence de l’initiative Dii. Desertec a lancé le programme REDIMENA (Renewable Energy Development and Investment Vehicle for MENA) en soutien aux entreprises locales dans la phase de démarrage des projets portés dans les énergies renouvelables.
Moyens financiers limités pour les PME
Les promoteurs de projets jouent un rôle décisif dans l'expansion des énergies renouvelables (EnR). Cependant, le capital disponible pour les premières phases les plus risquées des projets est limité sur les marchés émergents de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, note le responsable. Il estime que le projet REDIMENA aide à surmonter l’obstacle financier. A cet effet, il annonce que REDIMENA co-investisse 1 à 4 millions d’euros de capital‐risque par projet pour aider à atteindre la phase de construction. « Le projet, s’il est bien ficelé et prêt à démarrer, attirera des investissements plus larges, aboutissant à l’installation des unités de production », estime-t-il.
Comme prochaine étape, Dii prépare avec la société de conseil Suntrace, une étude de faisabilité qui fournira la base de cet outil d’investissement. Le but est d’identifier des investisseurs qui doteront le fonds d’un capital initial de 30 millions d’euros.
Le projet DII a été créé 2009 avec l’idée de concevoir une initiative qui stimulerait la création d’un marché des énergies renouvelables dans la région méditerranéenne, entre l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Europe. Il s’agit d’un côté de développer les capacités de production des énergies renouvelables dans tous les pays de cette région là ; et de l’autre de stimuler les échanges et d’identifier les barrières qui pourraient se dresser devant ces échanges.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.