Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

  •   Yazid Ferhat
  • mardi 21 mai 2013 16:58

"L'Algerie a des grandes chances d'être un grand fournisseur énergétique en Euro-Méd" (Mourad Preure)

Preure MouradMourad Preure, lors de son passage sur Maghreb M (Ph.:M'hamed Kerrouche).

L’avenir énergétique euro-méditerranéen ne doit plus être envisagé dans le cadre d’une relation importateur-exportateur, a affirmé, aujourd’hui, M. Mourad Preure, ex-directeur de la stratégie à la Sonatrach, lors de son passage sur Maghreb M, la webradio de Maghreb Emergent. Les centrales électriques hybrides (gaz et solaire), a-t-il rappelé, produisent le kilowattheure économiquement le plus compétitif et l’Algérie, qui dispose des deux ressources, peut devenir un fournisseur indispensable en Euro-Méditerrannée.

 

 

L’harmonie entre le fossile et le renouvelable va faire « l’avenir énergétique » mondial, surtout dans l’espace euro-méditerranéen a déclaré Mourad Preure, expert en énergie et ancien directeur de la stratégie à Sonatrach, lors de son passage aujourd’hui sur Maghreb M, la webradio de Maghreb Emergent.

Ce consultant qui a collaboré à la rédaction du rapport « Vers une Communauté euro-méditerranéenne de l’énergie: passer de l’import-export à un nouveau modèle énergétique régional » estime, cependant, que l’énergie nucléaire fera partie intégrante du mix énergétique futur. Le bilan énergétique mondial, a-t-il rappelé, est constitué à 80% d’énergie fossile, à 14 % de renouvelable et à 4% de nucléaire. Les énergies fossiles vont représenter à l’horizon 2050, selon ses prévisions, 50% du bilan énergétique mondial. Sur les 50% restants, les énergies renouvelables ne peuvent constituer à elles seules l’alternative, a-t-il insisté, recommandant dans le cas de l’Algérie d’entrer dans l’industrie électronucléaire.

L’invité du direct de Maghreb M a souligné qu’actuellement, les centrales électriques hybrides (gaz et solaire) sont celles qui produisent le kilowattheure économiquement le plus compétitif. Pour lui, l’Algérie, qui dispose des deux ressources, a de bonnes conditions pour jouer un rôle majeur comme fournisseur indispensable de l’espace euro-méditerranéen en énergie et ce, d’autant que la consommation va tripler dans cet espace d’ici 2030.

 

Pour une « approche séquentielle » de l’espace euro-méditerranéen

 

M. Preure croit à un espace euro-méditerranéen dont le principal moteur serait l’énergie. Pour le construire, il recommande de résorber l’asymétrie entre rive sud et rive nord et de « sortir de cette relation importateur-exportateur » entre des pays « extrêmement interdépendants » dans le domaine de l’énergie notamment. « Il faut absolument aller vers une nouvelle relation partenariale », a-t-il insisté. Pour intégrer la rive sud de la Méditerranée dans ce nouvel espace, il recommande d’adopter une approche « séquentielle » et de cesser avec l’approche globalisante « qui a fait l’échec de l’Union pour la Méditerranée et de la Convention de Barcelone ». Il faut, selon lui, séquencer le sud de la méditerranée en une « occidentale » et une « orientale », car les deux espaces « suivent des dynamiques géopolitique différentes ».

M. Preure a recommandé également de commencer par l’intégration de la Méditerranée occidentale, avec pour principal vecteur l’énergie, « comme le charbon et l’acier ont été pour la construction de l’Europe ». Pour réaliser cette intégration, l’Algérie et la France doivent jouer un rôle de leader et de locomotive. Ce qui peut donner à l’Algérie, de son point de vue, l’opportunité d’entrer dans le cercle des pays émergents.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.