Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 23 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • lundi 26 août 2013 09:38

En raison d’une sévère sécheresse, la Tunisie devra importer 16 millions de qx de céréales

sécheresseLa production céréalière tunisienne est annoncée en baisse de 44% par rapport à 2011-2012.

La production céréalière annoncée pour 2012-2013 est en baisse de 44% par rapport à celle de 2011-2012 en raison d’une sécheresse sévère qui a frappé plusieurs régions céréalières, entre autres celles situées dans les provinces du Kef et de Siliana (Nord-ouest). Sur 1,13 million d’hectares emblavés seulement 759.000 ont donné des récoltes.

 

La Tunisie importera cette année 16 millions de quintaux de céréales (blé et orge) selon des chiffres rendus publics dimanche par le ministère tunisien de l’Agriculture et rapportés par la presse tunisienne.

Ce recours à l’importation pour satisfaire les besoins locaux (25 millions de quintaux/an) se justifie par la production médiocre annoncée pour 2012-2013 en raison d’un déficit pluviométrique dans plusieurs grandes régions céréalières. Cette production, d’après les prévisions gouvernementales, ne dépassera pas 13 millions de quintaux, dont 7,2 millions de quintaux ont déjà été récoltés. Elle sera baisse de 44%, en comparaison avec la saison 2011-2012 pendant laquelle elle a atteint 22,7 millions de quintaux.

Plusieurs régions céréalières se sont ressenties de la sécheresse. Il s’agit, entre autres, de régions situées dans les provinces du Kef et Siliana (Nord-ouest) ainsi qu’à Zaghouan (Sud-ouest de Tunis). En 2012-2013¸ précisent les statistiques officielles, quelque 1,13 million d'hectares ont été emblavés mais les superficies ayant donné des récoltes n’ont pas dépassé 759.000 hectares, contre 1 million d'hectares en 2011-2012. C’est ce qui explique cette chute de 44% de la production prévisionnelle en comparaison avec celle de la saison écoulée.

Le secrétaire d'Etat à l'Agriculture, Habib Jomli, a regretté, dimanche à Tunis devant la presse tunisienne, que l’importation de ces 16 millions de quintaux de céréales doive s’effectuer « à un moment où les prix en vigueur sur le marché international connaissent une hausse notable ». En effet, le prix moyen d'une tonne de blé dépasse 600 dinars (un dinar vaut 0,61 USD) tandis que la tonne d'orge se vend à 550 dinars.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.