Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • samedi 14 septembre 2013 12:06

A Dalian, Mehdi Jomaa a défendu un potentiel tunisien "brouillé" par les médias

Mehdi JomaaMehdi Jomaa, ministre de l'industrie: la seule richesse de la Tunisie, sa ressource humaine (dr)

 A la  7ème édition du Forum économique mondial, tenue à Dalian en Chine les 11 et 12 septembre, le ministre tunisien de l’industrie, Mehdi Jomaa, a défendu l’image de la Tunisie « brouillée » dans les médias. Il a mis en relief le fait que 2000 entreprises européennes présentes se sont adaptées à la transition démocratique et économique du pays.  

 

 

Les médias internationaux et principalement français s’étant fait l’écho d’une certaine inquiétude des entreprises étrangères installées en Tunisie, il était inévitable que des questions sur l’environnement des affaires actuel en Tunisie soient soulevées à Dalian. A ces questions, l’agence rapporte Tunis Afrique Presse, Mehdi Jomaa  a cité comme argument les 2000 entreprises industrielles européennes implantées en Tunisie et qui y reste. Une réalité qui fait de la Tunisie,  de loin le premier pays d’implantation des entreprises européennes au sud de la méditerranée ». A l’encontre des  analyses sombres parues dans la presse française mais aussi tunisienne qui met en exergue les risques que font peser les conflits sociaux sur l’investissement étranger, Mehdi Jomaa a souligné que ces entreprises « ont fait preuve d’une admirable capacité d’adaptation à la transition démocratique et économique du pays, avec l’instauration d’un nouveau dialogue social et d’une approche citoyenne d’entreprises ».  Le Ministre tunisien de l’Industrie a profité de l’opportunité pour appeler les partenaires et les institutions économiques et financières à reconsidérer leur position vis-à-vis des pays qui accomplissent des transitions démocratiques et économiques « dans cette période de crise qui ébranle pourtant des pays voire des régions économiques performantes». 

 L’atout de la ressource humaine

 Le ministre a mis en exergue le  potentiel économique, industriel du pays qui lui permet d’élever ses performances. Il a assuré que la Tunisie a reçu des demandes d’investissements extérieurs privés venant de plusieurs pays.  Mehdi Jomaa a indiqué également que le gouvernement a lancé un vaste programme de projets visant à améliorer le climat de l'investissement dans les régions et à renforcer le rôle du secteur privé et dont les résultats seront palpables dans l’avenir.  Mehdi Jomaa a défendu l’image, trop brouillée selon lui dans les médias, d’un pays de 10 millions dont la principale voire l’unique richesse réside dans ses ressources humaines.  La Tunisie, a-t-il indiqué, a opté pour une industrie du savoir qui « fait appel à la création, au développement technologique et qui pourra compter sur des ressources qualifiées et diplômées. » Cela permettra a déclaré le ministre de l’Industrie d’offrir des débouchés à plus de 400 000 de ingénieurs formés annuellement dans les filières de pointe.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.