Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Tunis Afrique Presse
  • samedi 23 novembre 2013 06:23

Des hommes d'affaires tunisiens et libyens évoquent les entraves à la coopération

Tunisie libyeUn nouvel horizon devrait s’ouvrir devant la coopération économique tuniso-libyenne depuis la chute de Ben Ali et de Kadhafi.

Outre la situation sécuritaire, les hommes d’affaires tunisiens désireux d’investir en Libye se plaignent de ce que la législation libyenne, qui oblige les investisseurs étrangers d'injecter au moins 5 millions de dinars pour pouvoir investir. Ils déplorent que la situation des investisseurs tunisiens dont les sociétés ont subi des dommages au cours de la révolution libyenne n’ait pas été régularisée.

 

Des hommes d'affaires tunisiens et libyens ont évoqué jeudi au cours d'un forum à Sfax les problèmes qui entravent la reprise et l'impulsion de la coopération économique entre les deux pays.
Des hommes d'affaires tunisiens opérant en Libye ont souligné que la plus grande difficulté qui empêche de s'installer dans ce pays voisin en vue de contribuer à sa reconstruction, réside dans le plafond minimum imposé par la législation libyenne qui oblige les investisseurs étrangers, depuis 2010, d'injecter au moins 5 millions de dinars pour pouvoir investir.
Cette condition équivaut à fermer indirectement la porte devant les investisseurs tunisiens, sachant que le tissu industriel tunisien est composé essentiellement de petites et moyennes entreprises.
Les hommes d'affaires tunisiens ont également cité la non-régularisation de la situation des investisseurs tunisiens dont les sociétés ont subi des dommages au cours de la révolution libyenne.
La situation sécuritaire en Libye demeure, en outre, un problème important pour les investisseurs tunisiens.
Côté libyen, on évoque l'inégalité de traitement dans certaines opérations d'échange.
Certaines marchandises libyennes ne peuvent entrer en Tunisie pour des raisons liées aux règlements douaniers internes qu'il faut abolir, selon la partie libyenne.
Le principe d'égalité dans les échanges doit être explicitement mentionné dans le prochain accord de partenariat que les deux pays vont conclure prochainement a estimé Ali Noussair, directeur exécutif de l'union libyenne de l'industrie.
S'agissant des hommes d'affaires tunisiens qui ont subi des dommages après la révolution libyenne, Ali Noussair, a indiqué qu'ils peuvent constituer des dossiers et les soumettre à une commission qui a été mise en place à cet effet.
Ahmed Hédi Bousbii, représentant le comité libyen d'incitation à l'investissement et la privatisation, a, pour sa part, affirmé que le projet de promotion des zones frontalières qui a tardé à démarrer, va connaître une impulsion très prochainement et va aider à faire évoluer les activités économiques organisées dans cette zone, d'une part et à combattre la contrebande qui menace les économies des deux pays, d'autre part.
Lors de ce forum, une série de projets qui seront réalisés en Libye ont été présentés. Ils concernent les secteurs du tourisme, des énergies renouvelables, des routes, de la santé, des affaires sociales et des collectivités locales.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.