Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 24 Septembre 2017

  •   Maghreb Emergent et APS
  • mercredi 25 décembre 2013 16:17

Bureaucratie et absence de culture entrepreneuriale entravent l’évolution des PME en Algérie

Tous les experts s'accordent à dire que le bureaucratie freine le développement des PME en Algérie (DR)

Le rythme de création de PME en Algérie est toujours en deçà des potentialités économiques du pays, ce qui entrave la croissance de l’offre de biens et services et empêche une évolution significative des postes d’emploi, s’accordent à dire patrons, experts et officiels.

L'environnement économique "peu enclin" à encourager la création d’entreprises est souvent évoqué pour justifier le peu d'engouement des jeunes à se lancer dans l'entrepreneuriat. "Il n’y a pas d'environnement favorable à la création de PME", a indiqué à l’APS le président du conseil national consultatif de la PME, Zaïm Bensaci, qui ajoute que le pays ne peut pas se satisfaire d’un nombre d’environ 700.000 PME dont 98% sont de très petites entreprises employant moins de 10 personnes.
Selon lui, l’Algérie devrait disposer de 2 millions de PME pour prétendre offrir du travail aux chercheurs d’emploi et booster la sous-traitance afin de réduire les importations.
Absence de culture de l’entrepreneuriat
En plus de l’absence d’un environnement favorable, le même responsable fait état du peu d’ancrage de la culture de l’entrepreneuriat dans l’esprit de la catégorie de population susceptible de se diriger vers ce type d’activité. Pour mettre un terme à ces handicaps, il est proposé l’adoption d’une stratégie s’étalant sur 5 ans afin de disposer de suffisamment d’entreprises capables de répondre aux besoins de l’économie et de couvrir une partie des biens importés avec une facture de 60 milliards de dollars.
La bureaucratie mise à l’index
Des facilitations sont revendiquées pour lever les entraves bureaucratiques de création d’entreprises tout en accompagnant cette initiative de réduction des conditions d’octroi de crédits auprès des banques. Mais tant que le banquier est soumis à des règles prudentielles strictes et à la menace de sanction de l’acte de gestion, la mise en œuvre de cette suggestion est rendue difficile, admet M. Bensaci qui appelle l’Etat à "se débarrasser de ces contraintes". Le président du CNC PME illustre ces difficultés en disant que "tout le monde ouvre le parapluie pour éviter de se retrouver devant le juge". Citant un cas concret d’entraves bureaucratiques, il affirme que si un chef d’entreprise recourt à des recrutements sans passer par l’Agence nationale de l’emploi, il risque des poursuites alors même que le profil d’employés qui lui est proposé n’est pas conforme à ses attentes.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.