Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Novembre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 23 décembre 2013 14:46

Algérie - L’inflation accentue sa baisse à 3,9% en rythme annuel, selon l'ONS

L’inflation en Algérie a accentué en novembre sa baisse entamée dès le début de l’année en cours à 3,9% en rythme annuel, contre 4,5% en octobre et 5,3% en septembre dernier, a-t-on appris lundi auprès de l’Office national des statistiques (ONS).

 

Après avoir frôlé les 9% en 2012 en rythme annuel, l’inflation n’a cessé de baisser depuis février 2013 à 8,6% pour atteindre 3,9% en novembre 2013. A ce rythme d’évolution, le taux d’inflation atteindra 3,5% à fin 2013. Ce taux est inférieur aux prévisions de la loi de finances 2013 le fixant à 4%.

L’indice des prix à la consommation a renoué avec la tendance baissière dès octobre dernier (-0,1%) après une baisse de 0,5% en septembre qui s’est poursuivie en novembre 2013 (-0,8%), soit une variation de moindre ampleur que celle observée le même mois (novembre) en 2012 (-1,3%), a précisé l’Office à l’APS. Cette tendance baissière, enregistrée pour le troisième mois consécutif, traduit les fluctuations des prix selon les catégories de produits. En effet, les biens alimentaires ont connu une baisse de 0,7%, due essentiellement à un recul des prix des produits agricoles frais (-2%), notamment la viande de poulet (-8,8%), les œufs (-4,5%) et les légumes frais (-9,8%), a indiqué l’Office.

En revanche, les prix des produits alimentaires industriels ont connu une hausse de près de 0,6%, induite particulièrement par l’augmentation des prix des laits, fromages et dérivés (2,9%), essentiellement le lait en poudre et les fromages avec des hausses, respectivement, de +10% et +0,3%. L’indice des prix à la consommation, calculé en données corrigées des variations saisonnières, a affiché pour le mois de novembre dernier, une baisse de 0,8% par rapport au mois précédent.

L’Office a souligné également que les biens manufacturés ont aussi reculé de plus de 1,5%, alors que les services ont stagné. Au mois de novembre dernier et par rapport au même mois de 2012, la croissance des prix à la consommation s’est élevé à près de 0,7%. Cette hausse est due notamment à des augmentations des prix de 1,5% pour les produits alimentaires industriels et 5,6% pour les services.

Prix à la consommation : hausse de 3,4% durant les 11 mois 2013

De janvier à novembre 2013, l’indice des prix à la consommation a connu une augmentation de 3,4%, en raison d’une hausse généralisée des prix des produits alimentaires agricoles et industriels à l’exception du prix de la pomme de terre qui a reculé de 28,6%, la viande blanche de 6,5% et le sucre de 0,9%. Les biens alimentaires ont augmenté de 3,4% avec une hausse de 4,3% pour les produits agricoles frais, 2,5 % pour les produits industriels, 2,3% pour les biens manufacturés et enfin 6,2% pour les services.

"Le rythme de l’inflation en Algérie a reculé en 2013 et se stabilisera à 3,5% à la fin de l’année", a déclaré récemment à l’Assemblée populaire nationale (APN) le ministre des Finances, Karim Djoudi. En réponse à une question orale d’un député, M. Djoudi a affirmé que l’inflation tendait vers la baisse durant l’année 2013 pour atteindre 3,5% à la fin de l’année.

"Ce recul constituera un pas vers un retour aux prix d’avant 2012", selon le ministre. Il avait affirmé également que la maîtrise de l’inflation est "l’une des priorités que se sont fixées les pouvoirs publics qui accordent un intérêt particulier au suivi de son rythme eu égard aux effets négatifs qu’elle induira sur les équilibres macroéconomiques et financiers et sur le pouvoir d’achat du citoyen".

Pour alléger les effets de l’inflation, le gouvernement a pris une série de mesures liées à la politique fiscale tel l’assouplissement de la fiscalité directe et indirecte, à la politique monétaire, telle l’absorption des liquidités à travers l’augmentation de la moyenne de récupération des liquidités et la hausse de la moyenne de l’épargne obligatoire, selon le ministre.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.