Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Nejma Rondeleux
  • mardi 28 mai 2013 17:55

Présidentielles algériennes d'avril 2014 - Ahmed Benbitour sur Radio M: "Ceux qui ont attendu ont eu tort"

 

BenbitourAhmed Benbitour, candidat à l'élection présidentielle, était l'invité de radio M. (Ph Mhammed Kerrouche)

Première personnalité politique à avoir annoncé sa candidature aux élections présidentielles d’avril 2014, Ahmed Benbitour était l’invité de Radio M ce matin. Exposant son programme et sa stratégie de campagne, l’ancien Chef du gouvernement a estimé que cette annonce anticipée lui donne une « avance sérieuse » sur les autres candidats.

 

« L’erreur qui a été faite par les autres candidats était d’attendre la révision de la Constitution alors que moi je n’ai pas voulu attendre, je me suis mis directement au travail ». En décembre 2012, Ahmed Benbitour, Chef du gouvernement de décembre 1999 à août 2000, annonçait sa candidature à la magistrature suprême prévue à l’époque en avril 2014, « quels que soient les candidats qui se présenteraient, y compris si le président de la République en exercice se présentait », a-t-il rappelé aujourd'hui, lors de l’émission de radio M, la webradio de Maghreb Emergent.

 

 Ecouter toute l'émission

 

Quatre mois plus tard, il estime que cette déclaration anticipée joue davantage en sa faveur que contre lui, compte tenu de l’évolution de la situation: « Les prétendants à l’élection ont fait une erreur de calcul en choisissant de voir comment allait se réaliser la révision de la Constitution. Et aujourd’hui, ils se trouvent dans l’impasse. » Depuis l’hospitalisation du président de la République Abdelaziz Bouteflika, il y a un mois, la scène politique est elle aussi plongée dans une longue léthargie.

Un dispositif fin prêt

Cette déclaration plus d’un an avant l’échéance s’inscrit dans une stratégie de préparation mise en place dès 2009. « Nous avons commencé à créer un site baptisé Jazaïr Al Izdihar afin d’innover en matière de travail politique en utilisant Internet et les réseaux sociaux », explique Ahmed Benbitour. Innovation. Tel est le maître-mot du programme du candidat. « Innovation en matière d’organisation politique », « innovation en matière d’instruments » … pour un seul objectif: le changement. « Quand j’ai quitté le gouvernement en 2000, je suis arrivée à l’hypothèse de travail suivante: sans changement de tout le système de gouvernance et non seulement des personnes, le pays ira à la dérive », a affirmé l’ex-chef du gouvernement sur les ondes de Maghreb M.

« Le fait d’avoir annoncé et préparé cette campagne dès décembre 2012 nous a donné une avance sérieuse. Nous avons maintenant nos cercles, nous avons les gens qui travaillent. Tout cela est là », souligne Ahmed Benbitour. Au cours de ses tournées sur le territoire national, le candidat à la Présidence s’est progressivement entouré de ce qu’il appelle les « personnalités d’appui » qui ont créé des « cercles de soutien » à son programme dans les wilayas, les communes et les quartiers. Enfin, son équipe s’est lancée dans un travail de formation d’un certain nombre d’agents capables de suivre le bon déroulement du scrutin et de contrôler le processus électoral. « Nous travaillons pour que même s’il y a un candidat de l’administration, nous puissions gagner, en supposant que les choses se fassent de manière transparente », conclut le candidat.

Refonder les institutions

Selon Ahmed Benbitour, le programme de Jazaïr Al Izdihar comporte deux dimensions: une dimension de comportement des individus et une dimension de refondation des institutions qui englobe la refondation de l’économie, la refondation de l’école, la refondation de l’Etat, la promotion des compétences nationales et la maîtrise de la numérisation.

Dans le chapitre de la refondation de l’Etat, l'ex-Chef du gouvernement a pointé la nécessité d’une  décentralisation afin de répondre au « mécontentement » exprimé dans le Sud. « La justice sociale et la défense du territoire veulent que tous les Algériens, quels que soient l’endroit où ils se trouvent, bénéficient des mêmes avantages, même si cela coûte plus cher », a-t-il indiqué. « C’est pour prendre en charge ce type de problème que nous avons élaboré, dans notre programme, quinze pôles de développement régionaux où il y aura une autonomie de décision pour l’investissement (banques d’affaires, bureaux d’études, l’administration, etc.) », a-t-il poursuivi.

Au niveau économique, Ahmed Benbitour a évoqué les  possibilités de passer à un taux d’investissement de 25% dans certains secteurs compétitifs. « On ne peut pas construire une économie sérieuse avec un taux d’investissement de 5% tandis que nous avons un taux d’épargne de 40% », a-t-il  déclaré aux journalistes Maghreb M.

Enfin, en termes de défense, le candidat à la présidentielle a indiqué que le programme de modernisation de l’armée devrait lui permettre d'« intervenir là où c’est nécessaire, y compris au-delà des frontières quand c’est pour défendre notre propre frontière ».

« Aujourd’hui, je m’engage dans un pari des potentialités importantes qui ont besoin d’être mobilisés », a conclu Ahmed Benbitour. Et le plus tôt sera le mieux, a ajouté le candidat qui s’est dit prêt à  toutes les éventualités, notamment des élections présidentielles anticipées.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.