Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Nassim Saint- Laurent
  • vendredi 6 septembre 2013 07:55

Lettre de Montréal : vents mauvais pour les canadiens "étrangers"

 Pauline MaroisPauline Marois, PM de Québec: le gouvernement souffle sur les braises de l'intolérance (dr)

 Au Québec, le gouvernement, par électoralisme, veut faire adopter une « charte des valeurs » qui stigmatise les « étrangers » et remet en cause un des fondements de vivre-ensemble canadien: le multiculturalisme. Nos cousins maghrébins du Canada sont très concernés. Ici, une lettre de Montréal parle de ces vents mauvais.

 

  Un vent mauvais souffle sur la province de Québec en cette fin d'été et il risque de se transformer en tempête à l'automne. La raison en est l'obstination du gouvernement à faire adopter par l'Assemblée nationale une '' Charte des valeurs québécoises ''. Que stipule cette charte ? Dorénavant l'État doit être neutre et par conséquent ses agents ne doivent montrer aucun signe d'appartenance religieuse. Donc, les policiers, les juges, les fonctionnaires ne doivent porter ni kippa, ni turban, ni croix et, bien sûr, ni hidjab. Les dispositions de cette Charte ne s’arrêtent pas là. Les femmes qui portent le voile ne peuvent exercer leur métier d'infirmière dans un hôpital public, ni travailler dans une garderie ou enseigner dans une école. Ou du moins elles doivent se défaire de leur foulard si elles veulent continuer à travailler.

Boules puantes et paroles xénophobes libérées

Le fond de l’air sent mauvais depuis quelques temps déjà au Québec, mais avec ce projet de charte, le gouvernement vient carrément de lancer des boules puantes qui risquent de gravement intoxiquer le débat public. On le sait et cela s'est vu ailleurs, notamment en France, ce genre de démarche pour démagogique qu’il soit libère dangereusement la parole xénophobe.

Illustration en direct à Montréal. Je me promenais avec ma famille au Vieux-Port, ou se donnait un spectacle de rue qui restituait le passé de Montréal avec costumes et instruments de musique et outils d'époque. Beaucoup de familles s'y trouvaient. Parmi elles une dame portant le hidjab accompagnée de ses deux filles portant elles aussi des foulards. Soudain la femme voilée est interpellée violement par une dame d'un certain âge qui lui dit : '' C'est dégueulasse, ce que vous faites à vos filles ''. La femme voilée a répondu: ''est-ce que je commente votre façon de vous coiffer ?'' en partant entourée de ses filles. Mais l'autre dame a insisté devenant progressivement de plus en plus vindicative. Il a fallu l'intervention d'un agent de sécurité pour la calmer. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui parler. Je lui ai demandé de quel droit elle se permettait d'interpeller une femme dans la rue et lui faire des reproches sur ses propres enfants? Ce à quoi elle a rétorqué : '' Pourquoi vient-elle ici ?'' Je lui ai répondu que jusqu'à preuve du contraire cet endroit n'est pas interdit aux femmes voilées. Face à cet argument de bon sens cette personne décidément chauffée à blanc par la xénophobie « libérée » rétorque : « Vous la défendez parce que vous êtes arabe ''. Elle a ajouté : '' que diriez-vous si des juifs hassidiques se promenaient ici, vous qui leur crachez tout le temps au visage ? '' Malgré le caractère provocateur du propos j’ai tenu à lui préciser qu’ '' il y a des choses plus importantes dans la vie qu'un morceau de tissu sur la tête d'une femme ''. Puis je me suis éloigné n’ayant plus rien à dire devant cette synthèse d'ignorance et d'agressivité.

Le gouvernement a ouvert la porte des dérives

Les politiciens et les médias ont créé un terreau fertile qui favorise ce genre de débordement. N'importe qui peut interpeller une femme voilée dans la rue et lui faire la leçon. La femme voilée n'est pas stigmatisée seulement dans les journaux et la télévision, elle devient la proie des ignares et le bouc-émissaire de la haine ordinaire. Quelques jours plus tard, une mosquée au Saguenay, au nord de Montréal, est aspergée par du sang de porc. Les auteurs de cet acte ont lassé une lettre sur les lieux dans laquelle ils ont signifié, entre autres injures, que '' la mosquée est baptisée par du sang frais de porc du Québec''. '' Intégrez-vous ou rentrez chez vous '' et '' Non à l'islam''. Même si les responsables de la mosquée n'ont pas voulu porter plainte, la police a ouvert une enquête. Il est à craindre que des actes similaires se multiplient dans la province. Le gouvernement a désormais ouvert la porte à toutes les dérives.

Revenons à la fameuse ''Charte des valeurs québécoises''. Une question revient sans cesse chez les gens raisonnables : Quelle est la nécessité de cette charte ? Est-il besoin d'un nouveau texte de loi alors que la Charte des droits et libertés et les lois du pays sont suffisamment éloquentes sur les principes qui fondent le vivre-ensemble du pays. A l’évidence, la motivation du gouvernement est purement politicienne. Étant minoritaire, il ne dispose que de quatre députés de plus que l’opposition, le gouvernement peut être renversé n'importe quand. Il a donc besoin de ratisser large, y compris dans les marges électorales les moins reluisantes.

Des élus locaux plus lucides que le gouvernement

N'ayant rien produit de particulièrement remarquable depuis son élection, il essaye de trouver une diversion pour masquer l’absence de créativité et son manque d'imagination dans tous les secteurs. Et il n'est pas de meilleure diversion que de s’en prendre aux plus faibles, c'est à dire les immigrants. Et plus particulièrement les musulmans puisque l'air du temps s'y prête. La mairie de Montréal a vite réagi, ses élus ont voté une motion dans laquelle ils ont écrit : '' Il est souhaitable d'éviter tout dérapage mettant en péril notre capacité à vivre ensemble de façon harmonieuse''. Les élus de Montréal sont plus lucides que le gouvernement. La moitié de la population montréalaise est constituée d'immigrants, notamment de musulmans. Un prêtre connu de la région de Montréal a signé une tribune dans le journal La Presse dans laquelle il qualifie le geste du gouvernement d'''abus de pouvoir digne d'une dictature ou d'un gouvernement totalitaire ''. Ce n'est qu'un début. L'automne québécois risque d'être très chaud.

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • @Ali, tiens, tiens! un supposé algérien supposément appelé Ali défend l'indéfendable. Je SALUE Maria Mourani cette Libanaise maronite qui s'est soulevée contre cette charte... alors que ceux qui ont des comptes à régler avec leur concitoyens appuient la charte. C'est vrai que Hassan El-Wazzane dit Léon l'Africain avait vécu parmi les Maghrébins au moyen age avant de les vendre à Rome.. l'histoire se répète avec Ali et la maudite Djamila Ben Habib.

    Rapporter Ait-Si jeudi 12 septembre 2013 23:14
  • du calme les amis.le projet de loi-que personne d'ailleurs n'a vu-traiterait de la laïcité au Québec.Cela concernerait le port de tous les signes religieux.Comme a l'accoutume les algériens ,connus pour leur zèle ,se sont sentis particulièrement concernés.
    Les québecois ont le droit de légiférer dans tous les domaines y compris celui qui toucherait a exhibitionnisme en matière de religion .De plus en plus certains quartiers de Montréal me rappellent tristement certains quartiers d’Alger qui ont produit des barbus de renom.si nos concitoyens s'effarouchent devant la société d’accueil,pourquoi ne partent ils pas vivre en terre d'islam?la réponse est connue.les dollars n'ont pas d'odeur...

    Rapporter ali dimanche 8 septembre 2013 21:09
  • Bonjour;
    Je ne pense pas que jeunes générations sont xénophobes, peut être les plus grands, aussi la crise... chose est sure c'est que si intégration y est tout en gardant son hidjab amorcera de la compréhension. ...Mais là aussi faut avoir les moyens d’intégration.
    En effet les Péquistes sont à cours d'arguments, comme toujours il leur faut un "Bouc émissaire", Je ne sais pas si c'est par méchanceté mais clair que c'est une nature, voir un complexe, ils chialent sur tout le monde, l'Anglais, le Francisa, le juif, alors pourquoi pas l'Arabe ??
    Amicalement

    Rapporter Merzak samedi 7 septembre 2013 10:11
  • Le quebec c'est l'endroit le plus xenophobe du Canada. Les musulmans sont stigmatises et tres marginalise, j'espere que nos gouvernements vont penser deux fois avant d'attribure des contats a ces racistes.

    Rapporter AhmedL samedi 7 septembre 2013 04:57