Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Avril 2017

  •   Aïssa Bouziane
  • dimanche 15 décembre 2013 09:35

La contrebande se "spécialise" aux frontières algériennes : carburant à l'est, drogue à l'ouest

La contrebande aux frontières s'adapte même aux tensions géopolitiques régionales (Ph. DR)

Les frontières algériennes restent poreuses. Mais le trafic de carburant, traditionnel vers le Maroc, semble se déplacer vers la Tunisie, selon la gendarmerie algérienne.

 

Carburant à l’est, drogue à l’ouest : une nouvelle cartographie de la contrebande aux frontières algériennes est en train de se dessiner. Selon la gendarmerie algérienne, cette tendance observée sur le terrain n’exclut pas le trafic sur d’autres produits, notamment les produits alimentaires subventionnés, les produits pharmaceutiques, ainsi que des armes.
Le colonel Mohamed Benchihab, Chef du bureau de l’analyse criminelle à la gendarmerie algérienne, a indiqué dans une émission à la radio publique, que 107 tonnes de cannabis ont été saisies par la gendarmerie algérienne durant les onze premiers mois de 2013, contre 72 tonnes durant toute l’année 2012. Le gros des saisies concerne des cargaisons provenant de la frontière marocaine, a-t-il dit, d’où provient l’essentiel du trafic de stupéfiants. Jusqu’en 2011, des réseaux de narcotrafiquants sévissaient dans le sud, à travers les pays du Sahel, mais ce trafic a pratiquement disparu, en raison des opérations militaires en cours au Mali.
L’essentiel de la drogue saisie serait en transit en Algérie, alors que des spécialistes se demandent si le pays n’est pas en train devenir consommateur. Les enquêtes menées dans le cadre des 3.900 affaires traités par la gendarmerie montrent qu’il s’agissait de réseaux chargés de convoyer une marchandise qui devait seulement transiter par l’Algérie.
Trafic d’armes
D’autres produits stupéfiants, notamment de l’héroïne et de la cocaïne, ont été saisis en 2013, mais en quantité limitée. Ces saisies sont « marginales » comparées à celles du cannabis, selon le lieutenant-colonel Mohamed Benchihab.
Selon le colonel Benchihab, le trafic de carburant est train de se transposer vers la frontière est, vers la Tunisie, à partir des wilayas d Tébessa, Souk-Ahras et Tarf. Sur les onze premiers mois de 2013, 1.3 millions de litres ont été saisis. Pour la gendarmerie algérienne, ces chiffres sur les saisies, en nette augmentation, ont été obtenus grâce à un renforcement de la lutte contre la contrebande, qui serait en baisse.
Quant au trafic d’armes, et malgré la situation sécuritaire, il porte essentiellement sur des fusils de chasse, selon la gendarmerie. Il est très développé dans certaines wilayas comme Laghouat et M’Sila. Au total, 384 armes ont été saisies depuis début 2013, dont 267 fusils de chasse et 14 armes de guerre seulement.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.