Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Avril 2017

  •   Maghreb Emergent et agences
  • dimanche 22 décembre 2013 13:24

L’Algérie veut plus d’investissements chinois dans l’industrie, la défense et les technologies

Wang Yi, ministre chinois des affaires étrangères (DR)

L’Algérie et la Chine sont déterminées à élargir les domaines de leur coopération dans le cadre du partenariat stratégique global. Un partenariat qui devrait déboucher sur une plus grande présence chinoise en Algérie dans l’industrie et le transfert de savoir-faire.

Le partenariat stratégique global qui favorisera essentiellement les investissements directs chinois en Algérie dans le domaine industriel hors hydrocarbures, intervient en application des orientations des deux Chefs d’Etat en faveur du développement et de la promotion des relations bilatérales, a indiqué M. Lamamra lors d’une conférence de presse à l’issue de ses entretiens avec son homologue chinois, Wang Yi.
Ce même partenariat, ajoute M. Lamamra, englobera plusieurs domaines dont la défense, l’énergie et le transfert du savoir-faire dans les sciences et technologies, d’autant que la Chine "est une force économique et militaire, mais aussi politique".
De son coté, le chef de la diplomatie chinoise a affiché la volonté de son pays à « faire des efforts pour porter notre coopération à de nouveaux paliers pour le bénéfice de nos deux peuples". Les deux ministres ont évoqué un partenariat qui se veut "unique et incomparable" et un engagement à oeuvrer "d'arrache-pied" pour permettre à l’Algérie de disposer « d’une industrie indépendante et forte », selon M. Lamamra. M. Wang a aussi promis "d'investir directement" en Algérie, tout en exhortant les Algériens à "accorder davantage de facilités aux investisseurs chinois".
La Chine est devenue le premier fournisseur de l'Algérie en 2013, avec 4,95 milliards de dollars, soit 11,98% du montant global des importations algériennes pendant les trois premiers trimestres. Elle est suivie par la France (avec 4,70 milliards, 11,37%) qui a ainsi perdu sa première place historique. L’Italie arrive en troisième position (3,95 milliards, 9,57%).
55 ans de relations diplomatiques algéro-chinoises
L’occasion était pour M. Lamamra de passer en revue les relations unissant depuis 55 ans l’Algérie à la Chine rappelant que "la Chine était le premier pays non arabe à avoir reconnu le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) quelques semaines seulement après sa proclamation (septembre 1958)". "Cet évènement historique traduisait une partie des acquis importants remportés par la Révolution algérienne", a-t-il ajouté.
"Pékin constituait, alors, une halte décisive dans l’histoire des relations algériennes", a poursuivi M. Lamamra ajoutant que le premier aéroport international étranger qui vit flotter le drapeau algérien fut celui de Pékin.
La célébration de l’anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques avec la Chine qui coïncide avec le 20 décembre de chaque année "n’est pas un évènement ordinaire ou protocolaire, mais plutôt une occasion de se remémorer un évènement historique exceptionnel dans l’histoire de l’Algérie contemporaine et l’histoire des relations de l’Algérie au plan international".
Auparavant, les deux ministres avaient planté un olivier au niveau du siège du ministère des Affaires étrangères, pour célébrer les relations unissant les deux pays notamment aux volets diplomatique et économique.

 

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • Cas du Méga-projet TuNur qui va s'implanter sur 100km² de désert Tunisien à Régime Maatoug pour exploiter un gisement d'énergie solaire à ciel ouvert d'un potentiel de 200 TW d'électricité verte à l'export vers l'Allemagne :
    Elle aurait du avoir fait appel à la Chine, aux aguets pour pareille opportunité, pour établir un courant d’échange équitable en matière d'énergie solaire, domaine où elle est en tête du peloton : une coopération gagnant/gagnant avec la Tunisie pour produire de l'énergie solaire PV, CPV ou CSP, en offshore, pour l'export vers l'Europe toute proche et en manque, versus eau dessalée pour sa rémunération en nature et ce pour couvrir son déficit hydrique : 18 km3 / an ! Une coopération / troc qui réaliserait tous les objectifs de la Révolution de la Dignité : plein emploi des facteurs de production ! Elle servira aussi d'exemple pour la voisine Algérie subissant le meme stress hydrique gravissime pour son agriculture !

    Rapporter Zors Whitehead vendredi 27 décembre 2013 22:27
  • Effectivement la Chine est une grande puissance économique et il serait utile d'avoir avec elle un partenariat d'une grande envergure. Mais restons quand même prudent car il faut savoir négocier avec les chinois autrement ils seront sans pitié. Je pense que nous devons nous concentrer sur le transfert de technologie et la formation de nos techniciens dans les différents domaines surtout en ce qui concerne l'industrie, les grands travaux et la défense. Nous pouvons par leur savoir faire développer plein de projets qui nous tiennent à cœur et c'est justement une occasion en or pour arriver au but recherché. L'Algérie opte pour devenir une puissance économique et militaire et finira par obtenir auprès des pays amis ce qu'elle souhaite.

    Rapporter arasan jeudi 26 décembre 2013 00:26
  • Bravo pour l'Algérie qui a su enfin trouver enfin un partenaire sérieux et compétent et surtout ouvert à une vraie coopération avec l'Algérie. Laissons tomber les français ils ne nous aiment pas et c'est réciproque. D'ailleurs, pourquoi toujours s'accrocher à la France qui n'a rien fait en Algérie depuis 50 ans dans le cadre de la coopération avec l'Algérie. Ils n'ont jamais été sincères, leurs délégations vont et viennent sans résultats, il n'y a qu'à voir à quel point ils nous ont mené en bateau pour la "fameuse usine Renault de voitures et après mille et une conditions arriver (peut-être) à produire 25.000 unités par an. Quelle blague ! tournons nous plutôt vers des pays sérieux comme les pays asiatiques qui seront le centre du monde dans quelques décennies et qui pourraient beaucoup nous aider

    Rapporter dallil debbache lundi 23 décembre 2013 00:38
  • Zkara fi franca !!si vs avez du nif .c'est une réponse franche et directe aux propos humiliants du guignol de France .c'est une chance considérable pour l'Algérie .
    La Chine est une force économique ,une opportunité à saisir pour notre pays.

    Rapporter À.kazi dimanche 22 décembre 2013 18:48