Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 26 Mars 2017

  •   Synthèse Rayane Djerdi
  • jeudi 26 décembre 2013 17:50

Ghannouchi : « nous voulons faire de la Tunisie « un modèle de démocratie musulmane » (Média)

On imagine mal le chef de la mouvance islamiste au pouvoir en Tunisie, Rached Ghannouchi, se confier à un psychiatre et psychanalyste de surcroit juif. Et pourtant, le leader du parti Ennahda l’a fait. Le site d’information Rue89 a publié jeudi 26 décembre un entretien accordé par Ghannouchi au psychiatre, psychanalyste et écrivain Gérard Haddad lui-même natif de Tunisie.

 

« Le meilleur exemple de sociétés alliant démocratie et justice sociale, ce sont les pays scandinaves, et nous comptons nous en inspirer», « Islam et démocratie vont de pair », « Nous voulons faire de la Tunisie un modèle de démocratie musulmane », ont été les phrases phares prononcées par Rached Ghannouchi. Mais qu’est ce qui a donc pu faire rencontrer un islamiste et un juif aux idées totalement divergentes? Au-delà du lieu de naissance commun aux deux hommes : la Tunisie, la réponse réside en grande partie dans l’enfance du leader islamiste tunisien.

Une longue histoire avec les juifs tunisiens

«Je suis né dans la petite ville d’El Hama, dans le sud du pays. Là se trouve la tombe d’un saint juif, R. Yossef El Maarabi, que nous même musulmans, appelons Saïd, le saint. Il y avait chaque année un pèlerinage sur sa tombe », raconte Rached Ghannouchi. « Nous, enfants, nous attendions avec impatience ce pèlerinage parce que les femmes juives venaient avec des quantités de bonbons et des gâteaux qu’elles nous distribuaient ». Et au moment où la révolte a éclaté en Tunisie, Ghannouchi assure qu’aucun  juif n’a été touché, « ni dans ses biens ni dans son corps, alors qu’il y a eu des dizaines de musulmans tués ». Ghannouchi relate sa récente rencontre avec le Grand Rabbin de Tunisie, le Rabbin Bittan. « Nous nous sommes, je crois, appréciés », dit-il.

Faire de la Tunisie « un modèle de démocratie musulmane »

A propos de la situation politique en Tunisie, le chef islamiste assure que le dialogue national est en train de réussir. « L’horizon se dégage progressivement sur tous les points essentiels, ce qui permet d’envisager la finalisation de la constitution et la tenue prochaine d’élections ». « Il n’y a plus de points de friction idéologiques. Nous avons listé tous nos points de divergence avec l’opposition, et nous les avons réglé un par un ». A la question de l’écrivain Haddad de savoir qu’elle mutation idéologique s’est produite en Tunisie à la lumière du changement politique, Ghannouchi considère qu’il s’agit de la prise de conscience « qu’il n’y a rien d’antagonique entre l’islam et la démocratie, qu’islam et démocratie vont de pair ». Le chef islamiste rêve de faire de la Tunisie « un modèle de démocratie musulmane. Notre parti veut être comparé aux partis chrétiens-démocrates qui existent en Europe.

Ennahda désapprouve le Livre noir des journalistes

Interrogé sur sa réaction par rapport à la publication par la présidence tunisienne du Livre noir des journalistes tunisiens et étrangers accusés d’avoir collaboré avec l’ancien régime, le chef d’Ennahda estime que son parti n’approuve pas cette initiative œuvre du président Moncef Marzouki. Cette publication aux relents de vengeance a suscité de vives réactions de la part des intellectuels et journalistes tunisiens. Ghannouchi est partisan, lui, d’une autre manière de faire. « Nous sommes pour la création d’une grande commission Vérité et réconciliation à la manière de ce qui s’est fait en Afrique du Sud. On ouvrirait les archives et on apurerait le passé afin de tourner cette page. Ceci selon les normes juridiques admises », a-t-il dit.

Pas de base militaire US en Tunisie

Le chef d’Ennahda a nié catégoriquement que les Etats Unis entendent construire une grande base dans le sud de la Tunisie. « C’est du pur mensonge. Croyez-vous qu’aujourd’hui il soit possible de construire une base secrète qui échapperait aux satellites et à tous les moyens d’information ? » s’est-il interrogé.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • Mr Ganouchi si tu veux être un bon musulman c' est bon pour toi devant Dieu,
    mais laisser les autre tunisiens et tunisiennes libre de leur chois de pratiquer et de vivre librement merci.

    Rapporter fekir ridha vendredi 27 décembre 2013 15:57
  • A quand la séparation de la mosquée et de l'état dans nos pays!

    Rapporter librepenseuse algérienne jeudi 26 décembre 2013 22:31