Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 26 Mars 2017

  •   Algérie Presse Service
  • mercredi 25 décembre 2013 11:32

Algérie - La reprise des affrontements à Ghardaia inquiète les tour-opérateurs de la région

La reprise de la violence à Ghardaia inquiète les tour opérateurs locaux, pas les plus hautes autorités (DR)

Des affrontements nocturnes sporadiques et récurrents entre groupes de jeunes des quartiers de Souk et Hay El Moudjahidine du centre ville de Ghardaia ont repris mardi, à la tombée de la nuit et se sont étendus au quartier dit "Hadj Messaoud". Une nouvelle vague de violence qui risque d’affecter le tourisme local en cette période propice de fêtes de fin d’année.

 

A la tombée de la nuit, des groupes de jeunes munis de pierres et de cocktails Molotov ont réanimé les hostilités en se jetant les cocktails et des objets enflammés des terrasses de maisons. Les émeutiers se sont par la suite pris aux forces de l'ordre mobilisées pour faire cesser les heurts et ramener le calme et la quiétude dans cette région, haut lieu du tourisme en cette période de vacances de fin d’année. Les jeunes des quartiers belligérants, non contents de l'intervention des forces de l'ordre, qui ont fait usage de bombes lacrymogènes, ont jeté des pierres sur les policiers, signale-t-on.
Dans la matinée, une cinquantaine de jeunes ont bloqué l'accès au souk (centre névralgique) de Ghardaia, où les commerçants ont baissé rideau. Les manifestants ont caillassé les forces de l’ordre déployées en prévision d’incidents, avant que ces derniers n’usent de gaz lacrymogènes pour disperser ces jeunes et rouvrir la route d’accès vers le souk et vers les quartiers situés au nord de Ghardaia.
Les appels au calme des autorités et des sages de la région
Dans l’après midi de mardi, le wali de Ghardaia a rencontré, en présence des autorités locales, des élus et autres sages de la ville, une délégation de commerçants venue solliciter la sécurisation de leurs biens dans les "quartiers chauds" de la ville de Ghardaia, a-t-on appris auprès d’un élu. Le wali a appelé à cette occasion l’ensemble des citoyens à la tolérance et à la fraternité entre les résidents de la ville en soulignant que "la loi sera appliquée à tous ceux qui ont participé à ces violences", a-t-il prévenu, selon l’élu. Plusieurs Imams de la région ont exhorté les citoyens du M’Zab à œuvrer pour l'harmonie et la tolérance religieuse et rejeter les actes qui portent atteinte à la paix et à la bonne entente entre les habitants.
L'inquiétude des professionnels du Tourisme 
Plusieurs personnes approchées par l’APS estiment que ces violences "sont probablement l’œuvre de gangs de la drogue et de malfrats et des gens qui ont d'autres intentions et qui exploitent des jeunes pour semer la discorde entre les citoyens de Ghardaia". Ces affrontements avaient éclaté dimanche à la tombée de la nuit entre les jeunes qui ont cassé les trottoirs pour se fournir en projectiles. Les jeunes des deux quartiers en conflit a Ghardaïa se rejettent mutuellement la responsabilité de ces affrontements, sans raison apparente ou revendication. Ces incidents ont causé plus d’une dizaine de blessés dont la majorité des blessures légères de policiers selon une source hospitalière locale. Ces affrontements nocturnes ont suscité l'indignation des commerçants, artisans et acteurs du secteur du tourisme en cette période de vacances de fin d’année ou il est enregistré un afflux de visiteurs, en quête de quiétude, qui stimulent l’économie locale particulièrement l’artisanat et le tourisme.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • vous nous prenez pour des con, il nya aucun tourisme et on a pas besoin de cette casquette on vous la laisse.
    nous les mozabite on fait du commerce et on a rien a foutre de votre tourisme et de votre drogues arabe
    vous parler de religion quelle religion et quelle état; on a honte de vous et de votre président éternelle boutef et ces bras cassé fakakir ministres ........

    Rapporter MAHFOUD mercredi 25 décembre 2013 20:42