Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 26 Mars 2017

  •   Habib Ferhi
  • vendredi 20 décembre 2013 17:59

Algérie – L’affaire de l’autoroute Est-Ouest toujours en suspens à la Cour suprême

Autoroute est-ouestUne vue du chantier de l'autoroute est-ouest (dr)

La Cour suprême a reporté à une date ultérieure son verdict concernant les pourvois introduits par des prévenus dans l’affaire de l’autoroute Est-ouest en vue de casser l’ordonnance de renvoi de la chambre d’accusation près la Cour d’Alger.

 

 Les pourvois en cassation introduits par les prévenus dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest n’ont pas été examinés comme prévu ce jeudi par la Cour suprême. Un deuxième report qui n’a pas été expliqué. Le 14 novembre dernier, des sources judiciaires anonymes ont avancé pour explication le changement opéré à la tête de la Cour suprême pour expliquer le premier report pour ce 19 décembre. Un argument qui n’a pas convaincu les avocats de la défense. Au moins quatre prévenus, Medjdoub Chani, Mohamed Khelladi (ancien directeur des nouveaux projets de l’Agence nationale des autoroutes), Salim Rachid Hamdane (directeur des nouveaux projets au ministère des Transports) et Addou Sid Ahmed Tadjeddine (un homme d’affaires), en détention préventive depuis fin 2009, ont contesté l’arrêt de la chambre d’accusation près la cour d’Alger du 16 novembre 2012. Les charges retenues contre eux sont association de malfaiteurs, trafic d’influence, abus d’autorité, corruption et de blanchiment d’argent. Leur détention de près quatre ans, a dépassé largement la durée légale qui ne doit pas excéder 20 mois y compris pour les crimes passibles de 20 ans de réclusion ou de la réclusion à perpétuité ou de la peine de mort. La décision de la Cour suprême, faut-il le souligner, déterminera les contours de la suite judiciaire à donner à cette affaire qui n’a pas encore livrés tous ses secrets après vingt-deux mois d’instruction. L’affaire concerne le chantier le plus cher jamais lancé par l’Algérie (927 Km d’autoroute pour un coût plafonné à 11,4 milliards de dollars américains) qui n’a pas encore été livré dans sa totalité sept ans après son lancement pour des délais contractuels de 42 mois (trois ans et demi). Confié aux Chinois (lot centre et ouest) et aux japonais (lot est), beaucoup de tâches ont été sous-traitées à de multiples d’intervenants, engendrant des surcoûts. Aucune expertise sur le préjudice causé n’a encore été demandée par la justice.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.