Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 26 Mars 2017

  •   Maghreb Emergent
  • lundi 30 décembre 2013 16:33

Abou Iyadh, chef du mouvement islamiste tunisien Ansar Al Charia, aurait été arrêté en Libye

Abou Iyad, chef du groupe islamiste tunisien Ansar Al Chariaa (DR)

Le chef du mouvement islamiste tunisien Ansar Al Charia a-t-il été capturé ? Selon des médias tunisiens et internationaux, Abou Iyadh aurait été arrêté lundi matin par les forces américaines en territoire libyen au cours d’une opération avec les autorités de Tripoli.

Selon l’agence tunisienne TAP, citant une source sécuritaire autorisée, Abou Iyadh de son nom Seifeddine Ben Hassine, aurait été arrêté en compagnie de plusieurs autres membres de son groupe, par les forces spéciales américaines dans la ville de Misrata. Ansar Al Chariaa, pour rappel, est placé sur la liste tunisienne des organisations terroristes pour son implication présumée dans plusieurs opérations terroristes, dont les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, deux hommes politiques très en vue en Tunisie. Il est aussi dans le collimateur des autorités américaines qui le soupçonnent d’être derrière l’assassinat, le 11 septembre 2011, de leur ambassadeur en Libye. Il reste qu’aucune source officielle, tant libyenne et que tunisienne n’a confirmé ou infirmé, cette information.
Le chef islamiste traqué et menacé
En juin dernier, Seifeddine Rais, porte-parole d'Ansar Al Charia, a déclaré sur la chaîne Zitouna, qu’Abou Iyadh, chef du mouvement, s’est éloigné de la scène, après avoir reçu des menaces visant sa liquidation physique. "Abou Iyadh a répété, à plusieurs reprises, qu’il était l’objet de menaces provenant de personnes de l’extérieur, qui veulent le liquider ; lesquelles ont des rapports avec des personnes de l’intérieur", a-t-il dit. Le 17 mai 2013, le ministère tunisien de l’Intérieur a interdit l’organisation d’un congrès d'Ansar al-Charia, programmé pour le 19 mai à Kairouan. Les militants islamistes avaient décidé de défier l’autorité de Tunis en déclarant qu’Ansar Al Chariaa « n’a pas besoin d’une autorisation pour organiser son congrès ».

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.